/

La ville de Saint-Denis engagée pour l’Ecole du Bonheur

6 min de lecture

Fidèle à sa politique éducative, Saint-Denis inscrit à nouveau la rentrée de janvier 2022 sous le signe de l’École du Bonheur. L’objectif : promouvoir l’épanouissement et l’émancipation des enfants en leur proposant un accueil de qualité pendant le temps scolaire, la pause méridienne et le temps périscolaire.

Le Bonheur : un pilier de la réussite éducative à Saint-Denis

En 2021, Saint-Denis, Ville ambitieuse, plaçait l’École du bonheur au cœur de son projet éducatif. Un projet innovant qui favorise le bien-être de l’enfant pour mieux l’accompagner dans son développement personnel et vers une citoyenneté accomplie. Ajouter à cela une ambition à laquelle travaillent collectivement, entre autres, les services de la Ville, les professionnels de l’Éducation Nationale et du tissu associatif.

La Ville a également la volonté d’incarner les 6 axes de l’École du Bonheur : le vivre ensemble, les cadres de vie, l’estime de soi, la sécurité, la participation citoyenne et la santé. Ces derniers se traduisent par des propositions concrètes comme les activités gratuites proposées durant la pause du midi ou encore une cantine solidaire proposant une alimentation saine et variée. La continuité pédagogique constitue également un moteur pour l’École du Bonheur. Elle se traduit notamment par les écoles numériques portées par la Ville ainsi que par la distribution d’ordinateurs aux familles touchées par la fracture numérique via le CCAS de Saint-Denis.

Une rentrée exceptionnelle dans un contexte exceptionnel

Aujourd’hui, le nombre de contaminations au Covid progresse de manière fulgurante. Face à cette évolution de l’épidémie, les services de la Ville de Saint-Denis s’organisent et se mobilisent, cette année plus encore que les précédentes, afin de préparer au mieux la rentrée de janvier. Objectif : garder le cap du bien-être et du bonheur des enfants, assurer la sécurité des équipes et des agents pour maintenir l’accueil à l’école, mais aussi à la cantine et lors des activités périscolaires de la pause méridienne.

En conséquence, les 77 écoles maternelles et primaires accueilleront comme prévu les 17 000 enfants scolarisés en primaire et maternelle dès ce lundi 24 janvier.

Dans les classes : un nettoyage complet des écoles et des classes est en cours de réalisation, un suivi régulier est mis en place pour prendre en compte en temps réel et ajuster au mieux la situation de chaque école en lien avec les équipes de l’Éducation Nationale.

Christelle Hassen, Élue déléguée à l’École du Bonheur : « Pour que l’École du bonheur soit efficace, les adultes doivent pouvoir transmettre le bonheur. Pour que les enfants se sentent en confiance, il faut que le personnel se sente en confiance. C’est pourquoi, nous essaierons de soulager le plus possible le personnel. Nous demandons également à tout le monde d’être à l’écoute et de communiquer pour pouvoir perpétuer l’École du bonheur. Car dans la période actuelle, les gens ont besoin d’être écoutés, qu’il s’agisse des élèves, des parents, des encadrants, des enseignants, du personnel de mairie, etc. Tout le monde doit travailler en étroite collaboration, «se serrer les coudes» de manière durable, pour que les enfants ne soient pas pénalisés par la crise sanitaire ».

Claudette Clain, Élue déléguée à la Restauration scolaire : « Tout le monde peut être touché par le Covid et tout dépendra bien sûr du taux d’absentéisme des professionnels mais nous souhaitons maintenir le cap. C’est pourquoi nous avons anticipé pour garder les cantines ouvertes et continuer à distribuer des repas aux enfants, toujours en veillant à leur équilibre alimentaire. »

Alexandra Clain, Présidente de la SPL Oser pour l’Éducation : « Durant toutes les vacances, nous avons pu accueillir et accompagner les enfants en centres aérés. Aujourd’hui, nous préparons la rentrée scolaire, en concertation notamment avec la Direction des écoles et la restauration scolaire, et faisons le maximum pour accueillir les enfants. Avec le Covid, les conditions changent tous les jours et de manière imprévisible. Mais notre volonté est vraiment de maintenir ces accueils dans les meilleures conditions et dans le respect du protocole sanitaire, tant pour les accueils du matin et du soir que pour la pause méridienne. Nous envisageons par exemple de recruter des animateurs supplémentaires pour pallier les éventuelles absences. »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le Tampon : inauguration du Centre Municipal de Piton Hyacinthe

Article suivant

Le monte charge de Grand Bassin momentanément à l’arrêt

Free Dom