Les magistrats se mobilisent ce 15 décembre devant le tribunal de St-Denis (VIDEO)

4 min de lecture
9

Faisant suite à la tribune des 7000 magistrats et à l’appel à la mobilisation nationale, les magistrats du ressort de la Cour d’appel de Saint-Denis se sont réunis sur le parvis du tribunal judiciaire de Saint-Denis ce 15 décembre. Nous étions sur place :

Les professionnels de la justice dénoncent des conditions de travail indignes, marquées par le manque de moyens humains et budgétaires. À titre d’exemple, il y a deux fois moins de juges en France que dans les pays voisins, et trois à quatre fois moins de procureurs.

En conséquence de ce mouvement, les affaires du jour se trouvent renvoyées.

MOTION DU TRIBUNAL JUDICIAIRE DE SAINT-DENIS DE LA REUNION

Les magistrats du tribunal judiciaire de Saint-Denis, réunis en assemblée générale, ont adopté la motion
suivante à l’unanimité :
« L’assemblée générale des magistrats du siège et du parquet, réunie le 7 décembre 2021:

S’ASSOCIE au constat fait par la Tribune parue dans le Monde le mardi 23 novembre 2021;
PREND ACTE avec consternation de la décision de la chancellerie de s’abstenir de créer un 10e poste au parquet de SAINT DENIS le 1er janvier prochain malgré les demandes motivées et répétées des chefs de juridiction et de Cour et des organisations syndicales;
CONSTATE que le parquet de Saint-Denis est manifestement sous-dimensionné depuis plusieurs années; que les effectifs des magistrats du siège sont de 32 pour 9 au parquet;
RAPPELLE que les effectifs du parquet n’ont pas été augmentés alors que le contentieux de l’application des peines est tel que son traitement nécessite 4 magistrats du siège; que les juges des enfants alertent sur leur charge de travail malgré la création d’un 4e poste;
SOUTIENT que les perspectives de renforcement de « l’équipe autour du magistrat » ne sont pas de nature à résoudre le problème;
CONSTATE que par ailleurs, les missions dévolues au ministère public ne cessent de s’accroître;
CONSTATE l’état d’épuisement de l’ensemble des magistrats du parquet de SAINT DENIS qui peinent à assurer l’ensemble de leurs missions et sont contraints de ne faire face qu’à l’urgence;
CONSTATE que cet épuisement s’ajoute à un vécu quotidien de perte de sens pour l’ensemble des magistrats de la juridiction, face à la dégradation du service rendu et à l’absence de perspective et d’amélioration alors que, depuis de nombreuses années, la démographie du ressort s’accroit continuellement et avec elle, le nombre d’affaires à traiter;
ALERTE l’ensemble des acteurs concernés sur l’impossibilité de répondre dans ces conditions aux besoins de justice de la population;
AFFIRME que les Etats généraux de la Justice ne pourront atteindre leur objectif sans une nécessaire réflexion sur l’adéquation entre les moyens alloués au service de la justice et la charge de travail actuelle exigée de ses agents.

9 Commentaires

  1. A force de donner des « bouffées délirantes » pour excuser les délinquants , des meurtriers … les magistrats sont frappés à leur tour de « bouffées de colère » ???

  2. On commence à monter une échelle en commençant par le bas. Demander plus de moyens pour les petits et les conditions de travail se ressentiront tout en haut. Ne jamais oublier la base.

  3. Très bien dit Cqfd !! La base est la fondation d une maison mais c est vrai que ces gens là sont très débordés et pas assez payer je les plains.

    • Débordés par leur faute, les voyous n’arrêtent pas de revenir car pas assez voir impunis, les multi-récidivistes sont leur fonds de commerce.
      J’ai assisté comme victime à un procés, le Juge en accueillant le voyou : « Vous êtes bon client ici »…
      23 ans, 17 mentions au casier…
      verdict, ressorti libre, du sursis, ou un bracelet cadeau ?

  4. Rien, peau de balle, que néni, nada, peu d’zoeuf, ne leur donnez rien, ils ne sont bons qu’à laisser les multirécidivistes trainer dans les rues.
    Si les jugements étaient mieux rendus, vous auriez moins de boulot, alors ne la ramenez pas, faites vous petits !

  5. Qu’en est-il de cette nouvelle FORMULE EXECUTOIRE applicable dès le jugement de première instance et dont la mairie du TAMPON bien que condamnée refuse de payer 1 million d’euros aux 8 héritiers PAYET pour un problème de terrain qu’elle a bloqué sans aménagements pendant plus de 30 ans..mieux même le maire refuse de parler de cette affaire en conseil municipal comme si elle n’avait jamais existée !
    un maire qui pourtant a été député et votait des lois , peut-il se permettre de s’asseoir dessus et s’exonérer de cette contrainte ?

  6. Y a pas d’fumée sans feu. Si zot y commence crier niveau pognon (zot lé mal payer etc) c’est parce qué zot y sens l’odèr’ l’arzent pas trop loin… et que ne serait-ce un p’tit peu de cette manne providentielle et bien y tombe à pique. Et quant à des dossiers à traiter la plupart y concerne des vols à l’arracher, dégradation biens services publics, effraction enfin tout ce qui concerne de la basse besogne. Parce que cet y concerne le haut du pavé bein faut la fine fait des preuves pou gaign’ affronte lo bande cible. Et lé pas gagné d’avance. Zot y connaît à qui zot na affaire… un métier en perdition. Plupart y vive ek l’aide juridictionnelle…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Maison-relais temporaire : une nouvelle forme de logement social

Article suivant

Agression à la Ravine Blanche : un homme frappé avec un poing américain

Free Dom