Notre île participe à un diagnostic national sur le gaspillage alimentaire

4 min de lecture

La Réunion s’est portée volontaire pour participer à un diagnostic sur le gaspillage alimentaire au niveau national. Le RÉGAL Réunion et l’ADEME ont travaillé ensemble à l’identification des participants et à la collecte des résultats.

De février à juillet 2021, l’ADEME a lancé une étude sur le calcul simplifié du gaspillage alimentaire dans 4 régions de France dont La Réunion. Au total, ce sont 35 établissements qui ont été suivis afin de réaliser des mesures des déchets dont l’analyse a permis d’obtenir des ratios de la part non comestible dans le gaspillage alimentaire. Hier, l’ADEME a sorti les résultats du diagnostic.

C’est une première sur notre île. 10 établissements se sont portés volontaires pour  participer à l’action du REGAL Réunion et de de l’Agence de l’environnement et de  la maîtrise de l’énergie (ADEME).

Quatre régions et 27 établissements participants 

Cette étude a été réalisée auprès de 27 établissements de Normandie, des Hauts de-France, de Paris et de La Réunion. Écoles, collèges et lycées, mais également  EHPAD, services hospitaliers et restaurants d’entreprises se sont prêtés au jeu. Au total, ce sont 33 pesées – représentant 29 992 repas – qui ont été exploitées. Le  calcul a été réalisé en séparant les déchets alimentaires comestibles des non  comestibles. Des moyennes ont ensuite été réalisées pour extraire les chiffres  présentés lors de cette étude.

Résultat de l’analyse 

Le diagnostic du gaspillage alimentaire est essentiel pour différencier la part des aliments comestibles (restes d’assiette, plats préparés mais non servis) de la part des aliments non comestibles.

Depuis le 22 octobre 2020, les structures de restauration collective doivent avoir mis  en place une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire comprenant la  réalisation d’un diagnostic. Pour un meilleur suivi des actions mises en place, l’ADEME recommande de mener ce diagnostic au moins 2 fois par an.

L’étude montre que le choix des menus joue un rôle important dans le ratio du gaspillage alimentaire. En fonction des aliments, le poids du gaspillage alimentaire varie très largement.

A l’issue de cette étude, une fiche a été réalisée par L’ADEME afin de proposer des  ressources et outils pour accompagner de manière utile un établissement de restauration collective dans sa démarche de lutte de contre le gaspillage alimentaire.

En bref : 

L’ADEME est un établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et du  ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Dans tous les domaines – énergie, économie circulaire, alimentation, mobilité, qualité de l’air, adaptation au changement  climatique, sols… – nous conseillons, facilitons et aidons au financement de nombreux projets, de la recherche jusqu’au partage des solutions.  

Le RÉGAL (Réseau pour éviter le gaspillage alimentaire) Réunion est un réseau par et pour les acteurs  et actrices, de l’ensemble de la chaîne alimentaire, volontaires pour mettre en synergie leurs réflexions  et leurs actions. Son objectif : partager et faire avancer les bonnes pratiques et promouvoir une  démarche territoriale au service du bien-manger pour soi et pour la planète à La Réunion. 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Huguette Bello élue présidente du Conseil de Surveillance du CHU

Article suivant

« Ma petite fille s’est fait agresser par 5 élèves de sa classe »

Free Dom