Nouvelle application « ma sécurité », pour être assisté par un gendarme ou un policier, 24h/24 et 7j/7

5 min de lecture

Le ministère de l’Intérieur met en place une série d’outils numériques destinés à l’amélioration de la prise en charge des victimes.

Objectif : moderniser les équipements des forces de l’ordre et les démarches des usagers.

1 /  Lancement de la nouvelle application « ma sécurité »
Comme l’avait annoncéEmmanuel Macronn, nous lançons la première application mobile regroupant les services de police et de gendarmerie. Cette application offre notamment une nouvelle possibilité d’être assisté par un gendarme ou un policier, 24h/24 et 7j/7.
Elle est disponible gratuitement sur les plateformes habituelles de téléchargement d’applications et sur l’ensemble des appareils mobiles (téléphones, tablettes…), quel que soit le modèle.

2 / Déploiement des nouveaux smartphones NEO 2 de la Police Nationale et de la Gendarmerie nationale
Un projet d’ampleur qui vise à équiper individuellement les forces de l’ordre de smartphones dotés d’une connexion sécurisée haut débit et entièrement pensés pour les exigences du terrain.
D’ici juin 2022, 240 000 nouveaux smartphones NEO 2 auront été livrés à nos policiers et nos gendarmes.

3 / Expérimentation de la plainte en ligne pour les e-escroqueries
Nous lançons le 15 mars la plateforme de Traitement harmonisé des enquêtes et signalements pour les e-escroqueries (THESEE). Elle a pour objectif de permettre aux usagers de déposer une plainte en ligne sans avoir à se déplacer dans un commissariat ou une brigade de gendarmerie.
Plusieurs e-escroqueries peuvent être traitées via THESEE :
• le piratage de messageries électroniques et instantanées (courriels, réseaux sociaux…) ;
• le chantage en ligne (menaces portant atteinte à l’honneur contre demande d’argent) ;
• les rançongiciels (demande de rançon pour débloquer un ordinateur) ;
• l’escroquerie à la romance ou « romance scam » (gagner l’affection d’une personne sous une fausse identité, afin de lui soutirer de l’argent) ;
• l’escroquerie à la petite annonce ;
• les fraudes liées aux sites de ventes.
Les plaintes et signalements d’escroqueries commises sur Internet seront ensuite analysés par un service de police dédié et spécialisé, composé de policiers et de gendarmes.

4 / Création du service de prise de plainte via visioconférence « VISIOPLAINTE »
En complément de la mise en place de la plainte hors les murs lancée mi-novembre 2021, un service de prise de plainte en visioconférence est en cours de création au sein des services de la Police nationale.
Ce dispositif fonctionnera grâce à un téléservice accessible aux usagers depuis France Connect.
Il a vocation à fonctionner 24h/24 et à être ouvert au public à la fin de l’année 2022.

5 / Poursuite du déploiement des caméras-piétons
Enfin, en parallèle de ces nouveaux outils, le déploiement des caméras-piétons se poursuit :
• 21 000 caméras déployées en 2021
• 32 000 en cours de livraison dans les services de police et unités de gendarmerie
• 53 000 caméras déployées d’ici l’été 2022 (32 000 pour la Police nationale et 21 000 pour la Gendarmerie nationale)
• Investissement de 35 millions d’euros

Plus simples d’usage, plus robustes, et dotées d’une autonomie de douze heures, ces nouvelles caméras-piétons permettent la restitution filmée de situations du quotidien, lorsque se produit ou est susceptible de se produire un incident. Elles peuvent fonctionner en extérieur comme en intérieur, de jour comme de nuit.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Restauration de la cathédrale de St-Denis : appel à contribution auprès des Réunionnais(e)s

Article suivant

Journée de la Femme : un buste pour Célimène Gaudieux au collège de la Saline-les-Hauts à St-Paul

Free Dom