Pédocriminalité : vers une collaboration officielle entre la Team Moore et les autorités

5 min de lecture

En fin juin 2021, Maud Petit, députée Modem du Val-de-Marne, a proposé à l’Assemblée nationale la mise en place d’une collaboration officielle entre la Team Moore et les autorités. Née en 2019 sur notre île, la Team Moore traque les pédocriminels.

“Il est nécessaire et grand temps de réfléchir à un cadre légal, qui définirait à la fois les possibilités et les limites d’une telle collaboration, pour éviter toute dérive sur un sujet aussi sensible. Il n’est bien sûr pas question de se substituer à la police et à la justice : il s’agit d’être une aide, un relais, une force supplémentaire dans la lutte contre la pédocriminalité sur Internet, véritable fléau pour nos enfants”, affirme la parlementaire à nos confrères de 20 minutes.

“Une telle collaboration est d’ailleurs déjà effective sur le terrain, puisqu’en avril dernier, en Haute-Saône, le collectif a adressé à la police judiciaire de Besançon un dossier contenant des copies d’écran de discussions à caractère sexuel entre un homme et celle qu’il pensait être une enfant de 12 ans. Une peine de dix mois d’emprisonnement ferme a été prononcée à son encontre, accompagnée d’un suivi socio-judiciaire avec obligation de soins pendant cinq ans”, ajoute la co-présidente du groupe d’études à l’Assemblée nationale sur le droit des enfants et la protection de la jeunesse.

Steven Moore, père de famille réunionnais, créateur de la Team Moore

Pour rappel, en 2019, Steven Moore, père de famille réunionnais fondateur de la Team Moore, s’est lancé à la traque des cyber-prédateurs. Il a inspiré de nombreux mouvements ! En effet, dans l’Hexagone, des collectifs de citoyens se sont formés. A ce jour, ils sont plusieurs milliers de militants actifs à traquer les pédophiles. Sachez que des associations et des parlementaires réclament un cadre légal pour que ces militants puissent œuvrer conjointement avec les autorités.

“Notre collaboration avec les autorités a permis l’arrestation de six pédocriminels présumés, uniquement sur le mois de mai 2021. Et au total, près d’une cinquantaine d’arrestations et une quinzaine de condamnations à notre actif sur le territoire français, en tout juste deux ans. Sans compter l’ensemble de notre mouvement, qui a permis une centaine d’interpellations à travers le monde”, explique Steven Moore, père de famille réunionnais, qui travaille le jour dans un commerce de St-Denis, et qui la nuit se transforme en justicier.

Pour ce faire, Steven Moore édicte plusieurs règles à respecter : 

  • “La première règle à laquelle on fait attention, ce sont les photos. On utilise uniquement les photos à nous ou celles dont on a les droits”
  • “La deuxième règle : ne jamais draguer, inciter ou fixer un rendez-vous. Ce sont les prédateurs qui proposent un rendez-vous, et nous, nous nous y rendons”
  • “Et la troisième règle : ces échanges relèvent de la vie privée. Ne les diffusez jamais sur internet”. 

Animateur de plusieurs pages Facebook et d’un blog sur ce sujet, le père de famille, âgé de 40 ans est passé à l’action car il a été sollicité par une mère de famille, en 2019. “J’ai été engagé par une maman. Elle m’a contacté pour piéger un pédophile qui avait envoyé plusieurs messages pornographiques à sa fille. C’est comme ça qu’est née “Alicia”, une jeune fille de 12 ans, passionnée d’équitation, un peu mal dans sa peau”, explique Steven Moore.

La Team Moore recense aujourd’hui une vingtaine de militants engagés dans quatre pays différents (France, Suisse, Belgique et Ile Maurice). 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Découverte macabre à St-Pierre : la piste accidentelle privilégiée

Article suivant

Manifestations contre le pass sanitaire : un homme arrêté pour suspicion de violences

Free Dom