/

Trois offres de reprise en cours d’examen pour Le Quotidien : Le sort des employés en suspens (Vidéo)

3 min de lecture
27

Trois offres de reprise sont actuellement examinées pour Le Quotidien. Parmi les propositions de reprise figurent la société ICP Roto d’Alfred Chane Pane, le PDG du journal de l’île et représentant de la société NewCo aux côtés de Jacques Tillier, ainsi que la société Média Capital d’Henri Nijdam.

Chacune de ces offres apporte une vision différente pour l’avenir du Quotidien, mais une question cruciale demeure : que deviendront les employés du journal ?

Actuellement, aucune des offres ne mentionne explicitement la reprise des journalistes. Cette information nous a été confirmée en direct par Alban Delagrange sur notre antenne Free Dom ce midi.

 

Le Quotidien en sursis : les syndicats feront ce midi un point sur les offres de reprise

Ca y est, la dead-line est arrivée. Les potentiels repreneurs du journal Le Quotidien avaient jusqu’au 29 février, à minuit, pour déposer leurs offres de reprise. Et visiblement il y a eu plusieurs dossiers.

On en saura plus à midi, ce 1er mars 2024, car les élus du Quotidien feront un point sur les dossiers déposés dans le cadre de la procédure de liquidation-cession de l’entreprise.

En attendant, rappelons que le Quotidien poursuit ses activités jusqu’au 27 mars, car le  13 décembre dernier, le tribunal mixte de commerce de Saint-Denis avait de nouveau examiné le dossier de la SAS Le Quotidien, et  accordé un délai de 3 mois supplémentaires au journal, soit une  période d’observation  prolongée jusqu’au 27 mars avec une date limite de dépôt des offres au 29 février.Au sortir du tribunal ce jour là, nos caméras étaient présentes, nous avons rencontré  Carole Chane Ki Chune, la patronne du Quotidien :

 

Une première reconduction de trois mois avait été opérée au Quotidien, alors en liquidation-cession, pour se trouver un repreneur étant donné que l’offre faite par un groupe national, propriétaire entre autres du Nouvel Economiste avait été invalidée par les magistrats car considérée comme financièrement non recevable par l’administrateur judiciaire.

La ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, en visite dans notre île, avait laissé entendre que le gouvernement allait « accompagner la reprise » du Quotidien. La ministre s’était entretenue avec ce repreneur national. Elle avait également rencontré d’autres repreneurs potentiels, des locaux notamment.

Entretemps, la Région Réunion, via sa présidente Huguette Bello, avait fait savoir que la commission permanente de la collectivité régionale allait accorder une aide exceptionnelle de 600 000 euros au Quotidien. Cette aide a été effectivement examinée le 1er décembre dernier puis votée par les élus de la commission permanente. Elle a obtenu le feu vert du contrôle de la légalité et sera créditée en janvier.

Cette subvention régionale vient donc changer la donne dans le sens où elle apporte une bouffée d’air au journal de Carole Chane Ki Chune qui, faute de repreneur recevable, aurait été contraint de mettre la clé sous la porte dès ce mercredi 13 décembre. D’où le scénario catastrophe, c’est-à-dire la liquidation sèche, qui avait été envisagée faute de repreneur.

Cette fois, grâce à cette subvention de la Région mais aussi à la trésorerie du Quotidien qui pourra assurer les salaires de décembre, y compris le 13ème mois, tout laisse à penser que le scénario catastrophe n’est plus d’actualité. C’est ce que le tribunal a confirmé ce mercredi. Il n’y a plus pour le moment d’impasse de trésorerie. Le tribunal de commerce a, comme nous vous l’avions annoncé, prononcé un sursis de trois mois pour la poursuite d’activité en espérant que, durant cette période, un ou des repreneurs valables se manifesteront. Le Quotidien devra d’ici à fin février prochain boucler impérativement un plan de reprise, avant la prochaine audience du tribunal mixte de commerce qui interviendra d’ici à fin mars 2024.

L’audience de ce mercredi 13 décembre, a débuté après 16 heures car plusieurs autres affaires figuraient à l’ordre du jour. Même s’il ne mettra pas la clé sous la porte aujourd’hui, il est à noter que Le Quotidien garde malgré tout une grosse épée de Damoclès sur sa tête. Free Dom se battra toujours pour la liberté de la presse, la liberté d’expression, pour le pluralisme et, en particulier, pour le maintien du Quotidien.

Ce mercredi après-midi, les employés du Quotidien se sont retrouvés devant le tribunal de Champ Fleuri. Ils se sont, une fois de plus, exprimés sur cette situation

Le sort du journal le Quotidien se joue actuellement au tribunal du Commerce, au Champ Fleuri. Nous sommes en  vidéo  avec les journalistes qui craignent aujourd’hui pour leur avenir et celui de la presse papier. L’affaire est examinée par le tribunal de commerce à 16H30. La décision devrait tomber vers vers 16H50.
« L’administrateur judiciaire a bon espoir que sa demande de poursuite des activités pour une période de trois mois que sa demande soit acceptée par le tribunal », confie Olivier Danguillaume, un journaliste du Quotidien sur le micro de notre journaliste.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
27 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Le coup de gueule de Frédéric Vienne : « les Antillais i spolient nout’ rougail saucisses ! » (VIDÉO)

Article suivant

Kar’La Nuit’: Saint-Paul inaugure son service de transport à la demande nocturne (Vidéos-Photos)

Free Dom