Rivière des Marsouins : un stage en eaux-vives pour se préparer aux risques d’inondation

3 min de lecture
1

La Plateforme d’Intervention Régionale de l’Océan Indien (PIROI) de la Croix-Rouge française prépare la population réunionnaise à faire face aux risques liés aux inondations avec la formation « Milieu inondé et gestes qui sauvent ». Du 11 au 23 avril, 240 personnes participent à une des dix sessions de formation – scolaire et grand public – dispensées en eaux-vives à la Rivière des Marsouins (Saint- Benoît).

L’inondation est l’un des risques naturels majeurs les plus fréquents sur le territoire réunionnais. Les épisodes de fortes pluies peuvent prendre une ampleur exceptionnelle et exposer la population à des dangers importants. D’autant plus qu’un habitant sur quatre vit en zone inondable à La Réunion.

Compte-tenu de ces enjeux, la PIROI met en œuvre depuis 5 ans le projet Inondation, nout kartié lé paré en partenariat avec les communes et intercommunalités du territoire. Celui-ci vise à sensibiliser la population réunionnaise exposée aux risques d’inondation, afin de réduire sa vulnérabilité et de la rendre plus résiliente face à ce phénomène.

Dans cet objectif, la PIROI propose une formation sur les gestes à adopter pour se protéger en cas d’une montée des eaux. La formation « Milieu inondé et gestes qui sauvent », organisée en collaboration avec Rando Aqua Réunion, permet aux participants d’aborder différents sujets complémentaires :

  •   Un volet théorique consacré à un apport de connaissances scientifiques, notamment sur les spécificités météorologiques de La Réunion, les particularités de ses cours d’eau, la lecture et l’interprétation des mouvements d’eau, etc. ;
  •   Un volet pratique où les participants prennent part à une mise en situation sécurisée à la rivière des Marsouins pour découvrir les mécanismes des flux aquatiques et se confronter à des scénarios susceptibles d’être rencontrés en situation réelle.

Parmi les 240 participants à ce stage en eaux-vives, il y a notamment des habitants des quartiers à risque d’inondation, des acteurs de la gestion des risques de catastrophes, des agents communaux et intercommunaux, des animateurs bénévoles, des collégiens et des lycéens.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Cookies au cannabis : la réunion de famille se termine à l’hôpital

Article suivant

On vole 25 tangues dans son congélateur

Free Dom