Segur de la santé : « la majorité des hospitaliers se sentent trahis »

2 min de lecture
3

Dans un communiqué, la Fédération Sud Santé Sociaux dénonce des inégalités de traitement : « Si la majorité des hospitaliers se sentent trahis, ce sont plusieurs dizaines de milliers de collègues qui sont méprisé-es par les signataires du Ségur : IDE, IBODE, IADE, Kiné, cadres. Pour le ministère, le fait qu’ils aient choisi, au cours de leur carrière, de conserver la reconnaissance d’une pénibilité pourtant indiscutable est synonyme d’un passage aux oubliettes ! Mépris ultime : certains de ces collègues (catégorie B) vont être obligé-es semble-t-il d’user d’un « droit de remord » en passant un concours (!!!) pour passer en A (en perdant la catégorie active) ! Le chantage odieux continue ! Pourtant il n’a jamais été écrit au moment du droit d’option « original » pour le passage en A qu’ils et elles seraient discriminé-es dans le futur, ni que les écarts de salaires s’accentueraient !

En plus des pertes de revenus accumulées depuis des années (jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros contre un départ à la retraite anticipé) du fait de leur choix de rester en catégorie active, s’additionnent aujourd’hui des nouvelles pertes de revenus pour lesquelles ils et elles n’ont jamais été informés-es et n’ont pas signé au départ ! Avec les nouvelles grilles du Ségur, à travail et ancienneté égal, leur salaire pourra avoir jusqu’à 100 points d’indice d’écart (par exemple pour les IDE soit 477 euros) sur une carrière comparativement à leurs collègues «sédentaires » pour des métiers, missions, responsabilités et tâches identiques.

Notre Fédération exige que leur situation soit prise en compte dans l’urgence, pour une revalorisation égale à celles et ceux de catégorie sédentaire, à métier et ancienneté équivalents. Mais cela ne suffira pas. Car les pénibilités de nos métiers exigent la reconnaissance de la catégorie active pour tous et toutes. Sans contrepartie.

Au-delà de cette revendication, qui n’est que justice et respect des engagements écrits, la Fédé-
ration SUD Santé Sociaux continue de revendiquer :

– Des augmentations significatives et la réunification de nos métiers en tirant les droits par le
haut.

– Des augmentations de salaires identiques et automatiques de 300 euros minimum, au travers de la réunification de nos métiers : Passage de Tous et Toutes (A et B actuels) dans un corps unique sur de nouvelles grilles revalorisées avec reclassement à l’ancienneté acquise sur la carrière et non à l’indice le plus proche comme cela se fait en général !

– MAINTIEN de la catégorie active pour celles et ceux qui ont opté pour y rester et INTÉGRATION à la catégorie active pour tous ceux et toutes celles dont les métiers sont passés en catégorie sédentaire, avant ou après droit d’option.
– Mise en place d’une grille unique pour tous les hospitaliers, sans quota ni barrage : · une entrée dans la grille sur un minimum de 1700 euros net, avec un différentiel à l’entrée de 50 points d’indices par année d’étude supplémentaire / Une augmentation linéaire de 15 points d’indices tous les 2 ans pour toutes et tous / La suppression des grades et des classes / Une progression sur 36 ans pour une carrière limitée à 37.5 annuités de cotisation.

Ce n’est que justice !

La pénibilité de nos métiers n’est plus à démontrer ! »

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
3 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

La Fondation Abbé Pierre présente une exposition photo sur le thème du mal-logement

Article suivant

Une voiture folle à St-André : accidents et interpellation

Free Dom