74 cas de leptospirose depuis le début de l’année sur l’île

6 min de lecture

La leptospirose est une maladie grave: si elle n’est pas traitée à temps, elle peut mener à une hospitalisation voire un décès. Depuis le début de l’année, 74 cas de leptospirose ont été déclarés à La Réunion, dont 35 cas au mois d’avril (contre une cinquantaine de cas recensés chaque année).
Les épisodes de fortes pluies peuvent favoriser l’apparition de la leptospirose. Cette maladie se contracte au contact d’un milieu humide contaminé par les urines des rats principalement (eaux stagnantes, boue…). Les activités de nettoyage des cours et des jardins ou de baignades en eau douce après de fortes pluies sont donc particulièrement à risque.

En cette période de pluies, l’ARS La Réunion et Santé Publique France recommandent à la population la nécessité de renforcer la vigilance et les moyens de protection par la mise en œuvre de gestes simples pour ne pas contracter la leptospirose.

Situation épidémiologique

Chaque année, plus d’une cinquantaine de cas de leptospirose sont recensés à la Réunion, nécessitant pour la majorité d’entre eux une hospitalisation.

Depuis le début de l’année, une augmentation significative du nombre de signalements est observée avec 74 cas de leptospirose déclarés en 2021, dont 35 cas au mois d’avril.

La saison des pluies est la période la plus à risque car elle présente des conditions de température et de pluviométrie favorables à la survie dans l’environnement des bactéries responsables de cette maladie. Les épisodes de fortes pluies favorisent le lessivage des sols et la contamination des milieux et sont donc des périodes particulièrement à risque.

Qu’est-ce que la leptospirose et quels sont les symptômes ?

La leptospirose est une maladie grave, provoquée par une bactérie souvent présente chez les rats ou autres rongeurs. La maladie se contracte lors d’un contact avec un environnement humide contaminé par les urines de ces animaux infectés (boues, flaques d’eau, eaux stagnantes en bord de ravines).

La bactérie entre dans l’organisme par la peau en cas de coupures ou de plaies (même petites). Après quelques jours d’incubation, la leptospirose se manifeste par les symptômes suivants (qui peuvent être facilement confondus avec une dengue ou une infection Covid-19) :

  • fièvre élevée d’apparition brutale (souvent > 38,5 °C)
  • douleurs musculaires et articulaires,
  • douleurs au ventre, nausées, vomissements
  • maux de tête

La maladie peut s’aggraver après quelques jours. Si elle n’est pas traitée à temps par des antibiotiques, elle peut être mortelle.

Dès l’apparition de ces signes dans les jours suivants la pratique d’une activité à risque, il faut consulter son médecin et l’informer de :

  • la/les activité(s) pratiquée(s),
  • la présence, si connue, de rats lors de ces activités.

Quelles sont les activités à risques ?

La grande majorité des cas recensés sur l’île est liée à la pratique d’activité :

  • de jardinage et élevage « la kour « ,
  • de loisirs en eau douce (pêche, baignade en rivière ou bassin, sport d’eaux vives)

et majoritairement chez des personnes présentant des plaies non protégées ou sans protections suffisantes (bottes, gants, lunettes, combinaison…)

Comment éviter la leptospirose ?

Des mesures simples permettent de limiter efficacement les risques de contamination :

    • Appliquer des mesures de protection individuelle :
      • utiliser des équipements adaptés (port de gants, bottes, combinaison…)
      • protéger et désinfecter ses plaies
      • reporter des activités de loisirs en eau douce en cas d’eau trouble
      • ne pas marcher pieds nus ou en savates dans les eaux stagnantes ou boueuses
    • Lutter contre les rats :
      • entretenir régulièrement sa cour (absence d’encombrants, déchets propices à la prolifération

        des rats…)

      • éliminer toutes les sources d’alimentation (y compris les restes d’alimentation des animaux)
    • Respecter les interdictions de baignade dans les lieux à risque signalés.

Ces mesures de prévention doivent être appliquées tout particulièrement après des périodes de fortes pluies car le risque de contact avec des milieux humides contaminés est alors plus important.

La surveillance de cette maladie est assurée par l’ARS et Santé Publique France et permet après la réception d’un signalement, d’identifier les sources d’exposition potentielles et les activités à risque des personnes malades afin de pouvoir mieux informer sur les mesures à mettre en œuvre.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Une manifestation devant le Centre des Finances Publiques de Champ Fleuri

Article suivant

Boucan Canot : la baignade de nouveau autorisée

Free Dom