Cannabis thérapeutique ou CBD : la Réunion aura 3 centres actifs dès ce lundi

4 min de lecture
6

Le cannabis thérapeutique sera utilisé partout en France dès ce lundi 29 mars 2021, incluant la Réunion.

D’ailleurs, 3 centres hospitaliers font partie d’un réseau de 200  établissements-test volontaires pour ce cannabis thérapeutique en France. Un programme qui commence dès aujourd’hui, alors que , déjà,  ce vendredi 26 mars 2021, le ministre de la Santé, Olivier Véran s’est rendu au CHU de Clermont-Ferrand pour la première prescription de cannabis “médical ou dit thérapeutique”.

Attention, il s’agit là bien de médicaments, sous forme d’huile par voie orale ou de fleurs séchées par inhalation à l’aide d’un vaporisateur qui seront disponibles à des dosages différents avec les substances actives(tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD) et bien sûr le cannabis à fumer est totalement exclu du protocole.

Effets du tétrahydrocannabinol (THC)

Si la plante que nous avons consommée contient une plus grande quantité de THC, l’effet sera principalement cérébral, nous pouvons sentir que : il stimule l’appétit, il réduit les nausées et les vomissements, il augmente l’excitation sexuelle et les sens. Les principaux effets secondaires du THC sont les suivants : affecte la mémoire à court terme, l’anxiété, la tachycardie, la paranoïa. Les personnes ayant des antécédents de troubles mentaux doivent éviter de consommer du cannabis médical à forte teneur en THC.

Effets du cannabidiol (CBD)

Le Cannabidiol ou CBD est le cannabinoïde qui se distingue par ses qualités médicinales, accompagnées de la sensation psychoactive nulle qu’il provoque. Les avantages les plus importants du CBD sont les suivants : il réduit l’anxiété et la dépression, il est anti-inflammatoire, analgésique, neuroprotecteur, il réduit les convulsions et il est même étudiée pour sa capacité anticancéreuse.

La prescription se fera sur ordonnance sécurisée pour une durée maximale de 28 jours dans un service hospitalier.

La première consultation se fera obligatoirement dans un de ces centres de référence, avec des patients déjà suivis dans ces services hospitaliers spécialisés ou bien adressés par leur médecin traitant. La décision d’inclure ou non le patient revient aux médecins des centres de références.

Les patients sont éligibles s’ils souffrent de maladies graves : certaines formes d’épilepsies, de douleurs neuropathiques, d’effets secondaires de la chimiothérapie, de situations de soins palliatifs ou certaines douleurs de la sclérose en plaques. Mais seulement « en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance » avec les traitements déjà existants, selon l’ANSM.

Des enfants pourront être inclus, en particulier pour des formes d’épilepsie réfractaires aux traitements ou en cancérologie.

6 Commentaires

    • Exact. Entre autres, les célèbres antidépresseurs encouragés par tous les Psy.
      Par exemple, on donne du Ritanile ( Amphétamine ) aux enfants qualifiés d’hyperactifs.
      Ils doivent marcher avec une ordonnance sécurisée, car c’est classé comme stupéfiant ( Et pas que ça dans la liste de médicaments ” spécialisés ” ).

  1. Noah oulé addictologue ou ? Depuis quand le chanvre c’est une drogue ? ou yaime cosement …. C’est une plante avec des effets sur le corps. Dis à moin le brède mafane aussi c une drogue elle aussi a des effets anesthésiant.

  2. Y a déjà un centre thérapeutique devant la boutique de mon quartier tous les soirs.
    Les malades s’y pressent et leur nombre, malgré le remède distribué, n’a pas l’air de diminuer !
    Y aurait-il tromperie sur la marchandise ?

Répondre à noah Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Covid-19 : l’Association des maires plaide pour “une vaccination massive”

Article suivant

Suisse : il consomme 211 Go en 18 jours, son opérateur mobile coupe son abonnement

Free Dom