Contre la pollution : pose de boudins de cheveux dans le Port de Sainte-Marie

3 min de lecture
4

En partenariat avec la Cinor, Des lycéens de la section coiffure d’Isnelle- Amelin ont posé ce jeudi 27 mai des « boudins » de cheveux absorbants d’hydrocarbures dans une partie des eaux du Port de Sainte-Marie. 

Tout le monde de souvient qu’au lendemain du naufrage du Wakashio à l’île Maurice, la population mauricienne s’était mobilisée pourfabriquer des kilomètres de boudins flottants avec du tissu de construction, de la paille de canne et des bouteilles plastiques pour circonscrire les nappes de fioul. 

Ces filets absorbants avaient été réalisés à partir de cheveux humains fournis par des coiffeurs mauriciens.

Chez nous, ce sont les lycéens qui se sont inscrits dans cette démarche environnementale avec le souci de maîtriser les polluants marins émanant des bateaux ancrés dans le port de Sainte-Marie. 

Après avoir élaboré des « boudins » remplis de cheveux récupérés auprès des salons de coiffure, ils les ont donc fixé dans les eaux du port de plaisance.

Ils sont sûrs de leur coup : les études* ont en effet montré qu’un kilo de cheveux peut absorber huit kilos d’hydrocarbures ! 

Pour réaliser ce chef d’œuvre collectif à caractère pluridisciplinaire et collaboratif, sous la houlette de leur professeur, Cathy Marcellin, les élèves se sont appuyés sur des compétences transversales et professionnelles de la spécialité coiffure. 

Engagés pour la protection et la préservation de leur environnement maritime

De même, différents partenaires externes se sont montrés solidaires de cette initiative : les salons de coiffure, la CINOR, le lycée des métiers de la maintenance Patu de Rosemont, le club subaquatique de Sainte-Rose ou encore Decathlon … 

La biodiversité marine est inscrite dans le parcours de formation des élèves. 

Ainsi, après cette séquence, les lycéens pourront observer, comprendre et participer à la protection de la biodiversité sous-marine de leur île, notamment par la découverte des fonds marins grâce à une initiation à la plongée sous- marine à Sainte Rose. 

Cathy Marcellin, leur professeur, espère que “l’initiative engagée par les élèves va renforcer leur esprit critique, contribuer à une démarche de projet ambitieux, conduire une réflexion, expérimenter, communiquer, et favoriser des compétences sociales et créatives dans un contexte différent”.

Avec cette initiative, nul doute que les élèves pourront faire évoluer leurs habitudes par un engagement renforcé dans la protection et la préservation de leur environnement maritime. 

 

 

4 Commentaires

  1. Est-ce que ce monde est sérieux? quand nos jeunes ne font rien de leurs temps, si ce n’est que de vandaliser, casser, etc, etc!!!!! c’est un scandale, quand ils font quelque chose d’utile, pour leur devenir c’est toujours pas bon? faut toujours qu’un adulte vienne parler de discrimination entre les peuples. Dans ce cas, ne pouvons pas nous dire que nous les adultes avons fait de certains de ces jeunes aujourd’hui, une génération sans repères, parce que justement nous ne nous sentons jamais responsable des aberrations des autres adultes. Quand un jeune ou des jeunes interviennent pour leur avenir, nous devrions être fière. Alors, laissons de côté les conneries de peuples et essayions juste de les soutenir. soyons heureux pour ceux qui ont compris que leur demain, ceux sont eux qui le feront. Arrêtons ce clivage, Réunion, Mayotte, Maurice, Madagascar, France, etc etc…. C’est nous qui avons rendu notre monde mauvais, alors laissons à cette génération qui souhaite vivre dans un nouveau monde sérieux la possibilité d’y arriver.

  2. A yinyin : yes !!! Nous peux et nous va gaigne arrivé ! Faut surtout pas laisse les cons tout contrôler. Tout ce que zot y pourra faire c’est éparpiller les bonnes espérances. Par contre cet lé pas couillon c’est cette idée de cheveux pou capte les hydrocarbures. N’aura bien l’air de fonctionner et y a tout bon ek l’environnement !

Répondre à Tectec Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Défenestration à St-Clotilde : un homme aurait tenté de mettre fin à ses jours

Article suivant

Le street-artist Vincent Box déploie son art sur la façade de la mosquée de St-Benoît

Free Dom