Covid-19 : une dose de rappel recommandée pour les personnes de 40 ans et plus

2 min de lecture
14

Vendredi, la Haute autorité sanitaire (HAS) recommande d’administrer une dose de rappel de vaccin de Covid-19  à l’ensemble des personnes âgées de  40 ans et plus.

Dans un communiqué, la HAS précise qu’un délai minimal de 6 mois  doit être observer entre la primovaccination complète et l’administration d’une dose de rappel.

Ainsi, un vaccin à ARNm doit être utilisé pour le rappel, quels que soient les vaccins administrés auparavant tout en respectant les contre-indications connues et validées pour ces vaccins. Le rappel s’effectue avec une pleine dose pour le vaccin de Pfizer, et avec une demi-dose pour celui de Moderna.

Concernant le vaccin Janssen, la dose supplémentaire de vaccin à ARNm que la HAS recommande d’administrer aux personnes vaccinées avec une dose unique du vaccin Janssen ne doit pas être considérée comme une dose de rappel mais comme une dose additionnelle visant à compléter le schéma vaccinal initial. Ainsi, lorsque le vaccin Spikevax® de Moderna est utilisé pour cette dose supplémentaire, il doit être administré en dose pleine comme pour une primo-vaccination.

Le 6 octobre, la HAS a déjà  recommandé ‘étendre ce rappel à l’ensemble des professionnels qui prennent en charge ou accompagnant des personnes vulnérables (soignants, transports sanitaires et professionnels du secteur médico-social). La Haute Autorité préconisait également, de le proposer à l’entourage des personnes immunodéprimées.

14 Commentaires

  1. Allé et 1 et 2 et 3 eme dose…avant on se foutait des toxico…maintenant on a lé shooter du vaccin ce qui est bien cé qu’il en redemande…alors moi j’imposerai le vaccin de la grippe tous lé ans pour lé pti vieux et le reste si la personne ne veut pas pas de pass…lol moi g laisse ma dose…g vai resté ek mon kalité pays

    • Tkt le covid ne tue presque pas, ce sont les comorbidités qui tuent les vieux. Les jeunes de 60 ans et moins n’ont presque rien a craindre.

  2.  » Une micrographie de différentes micro et nanoparticules qui ont été identifiées

    à la fois dans les produits Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen, et analysées sous un microscope électronique à balayage environnemental (SEM)
    couplé à une microsonde à rayons X d’un système dispersif en énergie (EDS) révèle la taille des particules,

    la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nano particules observées

    et notamment une particule de 20 microns de longueur identifiée dans le soi-disant “vaccin” Pfizer,

    composée de carbone, d’oxygène de chrome, de soufre, d’aluminium, de chlorure et d’azote

    avec un agrégat de nanoparticules incorporées

    comprenant du bismuth, du titane, du vanadium, du fer, du cuivre, du silicium et de l’aluminium. »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Cas-contact de sa fille, Jean Castex testé positif à la Covid-19

Article suivant

Le premier président de la Cour d’appel de St-Denis « recadre » le Pdg du JIR

Free Dom