Exploit: à 16 ans Oriane BERTONE s’empare de l’ argent pour sa première Coupe du Monde de bloc de Meiringen

5 min de lecture

C’est une entrée fracassante dans la cour des grands que vient de réaliser Oriane BERTONE (7A l’ouest)!

Vendredi soir, après presque 6h d’attente en salle d’isolement la cadette s’élance enfin sur son premier circuit de coupe du monde de bloc senior. La réunionnaise réussit méthodiquement les 5 blocs l’un après l’autre et se propulse à la troisième place du classement provisoire.

De nombreuses  favorites dont Fanny GIBERT (35ème) , Petra KLINGER 21ème (championne du Monde) Viktoriia MESHKOVA 23ème (Championne d’Europe)  n’en viendront pas à bout.

Après une bonne nuit de repos la jeune grimpeuse va à nouveau exprimer toute l’étendue de son talent dans un circuit  de demi-finale très relevé réservé aux 20 meilleures.  Avec 3 blocs franchis sur 4, elle se classe 2ème de cette demi-finale et la voici propulsée en finale avec les 5 meilleures dont les championnes de légende que sont Janja GARNBRET (Slovenie) et Akiyo NOGUCHI (japon) qui règnent sur le circuit depuis des années.

Motivée et déterminée comme jamais, la grimpeuse du Pôle espoir de l’Outre-Mer se bat âprement  dans le premier problème sans en voir le sommet et doit se contenter de la zone en concédant 3 tentatives face à ses adversaires. Elle se retrouve 6ème et dernière du classement provisoire à l’issue de ce premier passage réalisé seulement par Janja GARNBRET qui sera intouchable durant toute la finale.

La révolte viendra dans le deuxième bloc, une coordination spectaculaire qu’elle réussit grâce à une méthode originale et un finish très inspiré. Le trio de tête composé de Janja GARNBRET (qui fait une nouvelle démonstration de force ) de l’américaine Natalia GROSSEMAN et d’Oriane s’adjugent cet enchaînement et  se détachent au classement provisoire à mi parcours.

Le troisième bloc est une dalle  très technique toute en finesse qui résistent aux  4 premières finalistes dont la très expérimentée Akiyo NOGUCHI (Japon). L’américaine GROSSEMAN ne fera pas mieux que la zone. C’est maintenant au tour de notre jeune française de s’élancer dans ce style de grimpe qu’elle apprécie et maîtrise de mieux en mieux depuis peu. A plusieurs reprises Oriane arrive à mi parcours en maîtrisant sa pose de pied sur des adhérences précaires et des micros grattons. Mais les minutes s’égrainent et à chaque tentative (qui semble une éternité) il faut repartir, calmement, avec relâchement et sans précipitation pour atteindre à nouveau cette ultime position d’équilibre et trouver la clé pour déclencher le mouvement aléatoire qui permettra de se saisir des prises de sorties. Il reste moins de 50 secondes pour son ultime tentative mais un pied zippe…  Le temps restant n’est pas suffisant pour réussir un tel challenge mais Oriane semble hors du temps quand elle s’élance à nouveau: chaque mouvement s’enchaine dans un timing parfait jusqu’à la prise finale qu’elle atteint au bout du suspens, à la dernière seconde, devant une assistance médusée!

Elle tient maintenant sa médaille et pour conserver l’argent devant Natalia GROSSEMAN à l’attaque du dernier bloc de cette finale,  Oriane doit valider efficacement la zone, une mission qu’elle réalise dès sa première tentative.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Claude Villendeuil, nouveau Président du CROS

Article suivant

Le PSG s’incline 2 à 1 face à Manchester City

Free Dom