//

Fonds européens et coopération entre les îles de l’océan Indien : une enveloppe de 63 millions d’euros attendue

16 min de lecture
5

Présidente de la Région Réunion, Huguette Bello a présidé ce mardi 7 décembre 2021 la séance plénière du 6e comité de suivi INTERREG V Océan Indien.

Financé par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), ce programme a pour objectif de renforcer les liens de coopération entre La Réunion et les pays de l’océan Indien. Autorité de gestion, la Région met en œuvre ces financements, avec la volonté d’affirmer sa politique d’ouverture internationale et d’insertion de La Réunion dans son environnement régional à travers la coopération régionale et au bénéfice des entreprises et de la jeunesse.

Avec les représentants des pays tiers, en présentiel et en distanciel, cette séance plénière a été l’occasion d’un point d’avancement sur un programme qui a connu en 20 ans une progression tout à fait remarquable. Le troisième programme (2014-2020) qui touche à sa fin était doté de 63 millions d’euros. Malgré un contexte sanitaire largement défavorable, 99% des crédits ont été engagés, au profit de 229 projets. C’est la démonstration de la pertinence de ce programme et de l’efficacité de son exécution.

Une enveloppe équivalente est attendue pour la nouvelle programmation 2021-2027. Consciente de sa responsabilité dans la mise en œuvre de ce programme, la présidente de Région Huguette Bello a appelé à ce que cette dynamique soit poursuivie et amplifiée.

Découvrez l’intégralité du discours de la présidente de la Région Réunion, Huguette Bello, lors de la séance plénière du comité de suivi INTERREG V Océan Indien :

« Monsieur le ministre des affaires étrangères des Comores,
Monsieur le ministre des Affaires étrangères de l’île Maurice,
Monsieur le ministre des Affaires étrangères et du Tourisme des Seychelles,
Monsieur le représentant du ministère des Affaires étrangères de Madagascar,
Monsieur le président du Conseil Départemental de Mayotte,
Monsieur le représentant de la Commission européenne,
Monsieur le Secrétaire Général aux Affaires Régionales représentant le préfet de La Réunion, Monsieur le Secrétaire Général de la Commission de l’océan Indien,
Mesdames et Messieurs les membres du comité de suivi Interreg,
Mesdames, Messieurs,

« Je suis très honorée d’accueillir ce 6e comité de suivi du programme Interreg V Océan indien. Celui-ci se tient dans un contexte particulier marqué par la crise Covid. La participation, en présentiel ou à distance, des pays et collectivités directement impliqués, et celle des États partenaires qui y sont associés comme l’Inde, montrent l’intérêt croissant de ce programme original de coopération territoriale européenne dans l’océan Indien.

Je voudrais souligner, notamment devant le représentant de la Commission européenne, l’enjeu que représente Interreg pour la Région Réunion, et sans nul doute, pour tous ses partenaires. En sa qualité d’autorité de gestion, la Région est pleinement consciente de sa responsabilité dans la mise en œuvre de ce programme, qui a connu, en 20 ans une progression tout à fait remarquable.

Le premier Interreg, en 2001, était doté de 5 millions d’euros ; la Région avait alors plaidé pour une plus grande prise en compte de la dimension internationale et donc pour une augmentation substantielle des crédits. Elle a été entendue puisque le second programme avait été multiplié par 7 et atteignait 35 millions d’euros sur la période 2007-2013, et les crédits ont été entièrement utilisés.

Et le 3e programme dont nous faisons aujourd’hui le bilan, a encore franchi un saut qualitatif puisqu’il qu’il a été doté de plus de 63 millions d’euros. Et c’est une enveloppe équivalente qui est attendue pour la nouvelle programmation 2021- 2027.

Ces chiffres illustrent la dynamique qui a été insufflée et que nous devons poursuivre.

Le fait, que malgré les impacts de la crise COVID, 99% % des crédits ont été engagés, au profit de 229 projets, est la démonstration de la pertinence de ce programme et de l’efficacité de son exécution.

Celle-ci a été fondée sur un certain nombre de principes :

* La Concentration autour d’un nombre limité d’objectifs thématiques :

au moins 80 % des montants alloués à chaque volet transnational et transfrontalier sont concentrés sur 4 objectifs thématiques

* Une implication accrue des États tiers et une gouvernance élargie : les États tiers partenaires du programme sont de droit intégrés dans la gouvernance du programme ; ils sont ainsi membres de plein droit du Comité de Suivi INTERREG, l’instance de gouvernance la plus importante du programme. Cette implication apporte au programme une nouvelle dimension, et donne à la Région de nouvelles responsabilités.

* Un pilotage par la performance : l’Union Européenne a introduit un objectif de performance dans la gestion des fonds européens. La définition et la mise en place des indicateurs pour chaque type d’action a guidé l’instruction, la sélection et l’évaluation des projets subventionnés.

Au-delà de la bonne exécution du programme, je voudrais souligner surtout l’intérêt stratégique de ce que représente Interreg océan Indien. Ce programme s’est imposé comme un outil précieux du co-développement régional. Du point de vue de la Réunion, Interreg est la traduction concrète de la valorisation de son statut de région ultrapériphérique et de sa double appartenance à l’Europe et à l’Océan indien. C’est désormais aussi le cas pour Mayotte.

Interreg apporte la démonstration du rôle que peuvent jouer les régions ultrapériphériques comme frontières actives de l’Europe dans leur environnement géo-économique. 20 ans après, cette ambition commune des RUP, les institutions européennes l’ont traduite en créant un volet spécifique Interreg pour les RUP, pour la période 2021-2027.
Interreg est un outil extrêmement précieux pour notre insertion dans notre environnement et pour le développement des échanges avec nos pays voisins.
C’est un instrument de convergence par excellence, où l’Europe, ses régions ultra- périphériques et les pays de l’océan indien, partagent des projets communs, tant au niveau de leur conception que de leur mise en oeuvre. Nous avons l’ambition qu’Interreg contribue de plus en plus à la réalisation de projets structurants pour le codéveloppement régional.

C’est grâce à Interreg qu’a été construite fin des années 2000 la résidence internationale d’accueil du CIEP (Centre international d’études pédagogiques de France) ; c’est avec le concours d’Interreg qu’a été créée le Centre de veille sur les maladies émergentes – dont l’actualité sanitaire souligne la pertinence- le développement de projets de recherche agronomique avec le CIRAD à l’échelle de la zone.

C’est ainsi que grâce à Interreg a pu être réalisée récemment l’extension du Pôle de Protection des Plantes pour ne citer que des réalisations intervenues sur le territoire de La Réunion, et bien entendu au profit de l’ensemble des partenaires de l’océan indien.

Dans cette perspective du co-développement régional, nous travaillons avec tous les partenaires pour que la nouvelle programmation d’Interreg porte les projets correspondant au défis auxquels nous sommes confrontés : la sécurité alimentaire, l’autonomie énergétique, le désenclavement maritime, l’adaptation au changement climatique, la protection et la valorisation de la biodiversité…Je n’oublie pas, au moment où l’Europe fait de l’année 2022, l’année de la jeunesse l’investissement dans la connaissance et le développement des échanges entre les jeunes dans l’océan indien. Le concept d’un «ERASMUS Océan indien» peut trouver ainsi une traduction concrète, et préfigure, pour l’avenir, l’idée que nous voulons porter d’un projet d’université de l’océan indien.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux qui traduisent notre volonté de bâtir dans cette zone de l’océan indien un co-développement durable, solidaire et responsable, nous devons progresser dans la bonne articulation des crédits FEDER- NDICI (instrument de voisinage de coopération au développement et de coopération au développement international (ancien FED), dans le sens d’une plus grande complémentarité et naturellement rappeler la nécessaire simplification de la gestion de ces fonds. permettre de gagner en souplesse et en agilité.

Toutefois, afin d’éviter une trop grande dispersion susceptible de nuire à la cohérence, il s’avère nécessaire de veiller à ce que les projets financés par Interreg s’inscrivent bien dans le cadre de cette vision globale du codéveloppement régional, et, pour ce qui est de La Réunion, que ces projets contribuent effectivement et prioritairement à son insertion dans son environnement régional.

Enfin, je souhaiterai évoquer, dans le cadre de notre vision stratégique, l’importance que nous accordons à l’association de la Région Réunion, en tant qu’autorité de gestion du programme Interreg Océan indien, au processus de concertation et aux travaux engagés dans le cadre du programme Interreg canal de Mozambique, dont la gestion relève du Conseil Départemental de Mayotte et qui intéresse, Madagascar, Les Comores, le Mozambique, la Tanzanie, les Seychelles…

La bonne articulation de notre programme Interreg OI avec le programme Canal de Mozambique, représente un enjeu significatif pour l’avenir.

Mesdames, Messieurs, à plusieurs titres, 2021 apparaît comme une année une année particulière et charnière. Une année particulière au regard du Covid19, de la fermeture des frontières, des restrictions sanitaires qui ont impacté fortement les échanges et donc la gestion et la réalisation des actions de coopération. Au regard de cette situation exceptionnelle, cela souligne encore plus, la performance que nous avons réalisé dans l’exécution du programme. Je tiens à vous féliciter.Une année charnière et intense car il s’agit non seulement de clôturer au mieux le programme, mais aussi de préparer et finaliser la prochaine programmation 2021- 2027.

C’est ainsi, que cette année, le comité de suivi examine cet après-midi d’une part ce qui devrait être la dernière modification du programme INTERREG V océan Indien avant sa clôture en 2023, et discute également de la préparation du prochain programme Interreg VI (période 2021-2027).

Comme vous pouvez le constater, nous sommes pleinement mobilisés pour la préparation du prochain programme Interreg 2021 -2027, parce qu’il constitue un outil pour notre codéveloppement régional.

Nous souhaitons qu’il marque de nouvelles avancées, comme ce fut le cas pour les programmes qui l’ont précédé.

Je vous remercie…»

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

5 Commentaires

  1. Par an la France paye une fortune justement à cette union européen c’est pour cela que certains candidat à l’élection présidentiel propose le Fréxit pour faire des économies, si y’a Frexit esceque les iles de l’ocean indien vont en souffrir, un spécialiste peux me répondre?

  2. C’est encore la Réunion qui trinque, c’est une façon de faire des détournements fonds, de se faire des gros salaire ,des projets porté par des hommes et femmes de paille,63 millions trouver en si peu temp, nous avons aussi des projets créateur d’emplois dans le développement durable à la Réunion,les créoles sont toujours tenue à l’écart , Madame Bellot on croyais que le changement politique de la Région aller aussi changer la façon gérer de favoriser un peu les créoles issue des classes défavorisés,

Répondre à Abdou Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Loi « 3DS » : le député Ratenon taille un costume 3 pièces au Président et au gouvernement.

Article suivant

Commande publique : le Département remporte un deuxième trophée

Free Dom