/

Groupe « Avenir » à la Région : l’urgence d’un aménagement durable et résilient

2 min de lecture

C’est un communiqué du groupe « Avenir » à la Région Réunion, groupe présidé par Ericka Bareigts. « Le démarrage tardif de la saison des pluies 2023-2024 à La Réunion et les évènements cycloniques successifs ne sont malheureusement pas des surprises. Ils étaient prévus par le bulletin de Météo France Réunion du 26 octobre 2023.

Nous adressons notre soutien et nos condoléances aux familles des trop nombreuses victimes du cyclone Belal, de la tempête Candice et des récentes ces intempéries. Nous soutenons également nos collègues élus des différentes communes et collectivités impactées.

Les passages du cyclone Belal, de la tempête Candice et même les récentes intempéries dans le sud de l’île ont révélé les vulnérabilités naturelles de notre territoire et les fragilités provoquées par l’être humain. Les désastres subis par notre agriculture, les maisons inondées ou emportées par des glissements de terrain, les routes détruites et les pertes humaines sont autant de drames qui seront aggravés par les dérèglements climatiques à venir. Nous devrons y faire face et nous saisir de la révision du SAR, des SCOT et des PLU pour préparer résolument l’avenir en

conciliant l’accroissement démographique avec le besoin de développement durable et résilient de notre territoire. Il n’y a pas de fatalité mais des choix parfois malheureux et l’artificialisation des sols est reconnue par les experts comme une des causes principales du réchauffement climatique et de ses dérèglements. Le monde a changé, l’aménagement des territoires aussi.

Dans 60 ans la planète comptera plus de 10 milliards d’habitants et dans 20 ans La Réunion pourrait compter 1 million d’habitants. Il y aura donc moins d’ espace pour chacun d’entre nous et nous devons dès aujourd’hui nous montrer économes pour laisser aux générations futures un territoire habitable, non mutilé, sur lequel d’ambitieux projets seront encore à bâtir. À moins que nous leur fermions tous les horizons car en matière d’aménagement, les réalisations sont

quasi définitives. Les extensions urbaines sont dépassées car elles portaient les germes des désastres climatiques en plus de coûter très cher aux collectivités. L’heure est à la sobriété foncière.

Est-ce que La Réunion souhaite emprunter le chemin inverse, ce qui serait curieux pour un si petit territoire à la géographie déjà tourmentée et soumis à sept aléas climatiques sur les huit existant ? Comment concilier l’accroissement démographique et développement durable de notre territoire sans le saccager? Il s’agira d’inventer une mode d’habiter et de vivre nouveau, adapté à nos besoins, à nos ressources, à nos modes de vie, aux réalités d’aujourd’hui, à notre vision de l’avenir et à des efforts justement répartis dans l’intérêt du plus grand nombre.

Entre les extensions urbaines trop souvent réclamées et la densification toujours décriée il y a un juste milieu : la valorisation du foncier, utiliser au mieux chaque m2 disponible dans les zones urbanisées ou à urbaniser. C’est la clef d’un aménagement sobre et réussi capable d’assurer la sécurité des personnes et des biens sur un territoire résilient et développé ».

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Constitutionnalisation de l’IVG : le premier pas de l’Assemblée Nationale

Article suivant

« Saint-Pierre Plus Verte » dénonce un « l’éco PLU Capitaliste » ! 

Free Dom