/

« Le jour où je suis devenu un chien…. »

4 min de lecture

« Le 10 Avril 2022, je me suis retrouvé dans la rue, avec mon chien. Et depuis, je suis une personne sans abris et pourvue de dignité. Mon premier réflexe, était de prendre contact avec des “amis” qui m’ont majoritairement tourné le dos. Ensuite, j’ai pris contact avec le 115! L’appel le plus inutile de ma vie. Déjà t’es à la rue, et presque plus de batterie, et la dame me demande de patienter durant 12 minutes pour me demander si Cilaos est plus proche de Saint Pierre ou de Saint Denis? Et conclure en me disant qu’à Saint-Pierre c’est mixte, c’est donc compliqué et qu’il faut réserver le matin pour le soir à Saint-Denis. D’accord, je préfère dormir dans ma voiture avec mon chien. Par la suite, j’ai pris contact avec des CCAS, La CAF, Pôle Emploi, la fameuse Croix Rouge… Tous se renvoient la balle, “il faudrait” et ”bon courage” sortent souvent mais aucune action. Des élus qui ne savent pas, car c’est “illégales” ou “il faut passer par x ou y ».Bref, c’est pour cela que le titre du courrier est le jour où je suis devenu un chien. Car j’erre dans les rues de jours comme de nuits sans aucune considération de personnes.

Ainsi, par cette présente lettre, je voulais m’adresser à Madame BELLO , Monsieur MELCHIOR, Et tous les fameux élus qui font semblants de bonnes mines. Pourquoi aidez-vous tous et n’importe quoi ? Mais, pourquoi du moment ou l’on se retrouve à la rue, il n’y a personne ou il y a des lois à respecter? Vous qui voyagez, qui faites des réceptions pour une inauguration parfois inutile… Pourquoi n’aidez vous pas, les gens qui sont descendus au plus bas? Vous êtes tous une bonne bande de (a vous de trouver la suite) et que Dieu vous garde! Et les fameux propriétaires, qui veulent des garanties, et des fiches de paies… avez-vous une logique? Mais merci à toutes les personnes que j’ai contacté et qui m’ont dit NON. Un jour viendra où vous serez dans un cercueil, votre bien vous le servira très bien. A ceux qui croient que lorsque l’on passe l’étape d’être à la rue, nous avons un logement d’urgence, ou des aides et des soutiens.

Ben cela est faux. Sans oublier que les logements sociaux, il y en a des logements vides ( la preuve quand il y a des incendies) et même une dame du CCAS qui me la dit, mais il faut des accords d’élus, commissions et pleins de choses inutiles, mais pour des têtes précises, mais nous les sans abris nous ne méritons pas cela. Pour ceux qui se posent la question, comment j’ai écris ce courrier? Simplement dans un cyberbase. En vous remerciant de m’avoir lu, et maintenant j’espère trouver une situation, car pour travailler il faut une adresse, pour une adresse, il faut un logement, et pour un logement, il faut un travail ou des aides (mais ou les chiens n’ont pas droits à des aides) »

Un désintégré de la société

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Être gaucho ou macroniste…

Article suivant

Les prix explosent !

Free Dom