Le Parti Croire et Oser aux côtés de « Domoun la Plaine » pour manifester contre le projet du Parc du Volcan

8 min de lecture

Le responsable du Parti Croire et Oser, Alexandre Laï-Kane-Cheong (Alek) a participé, dimanche dernier à la manifestation organisée par l’association « Domoun la Plaine » à Bourg Murat. « Nous souhaitons mettre en exergue les problématiques liées aux différents projets d’aménagement qui se font au détriment de la Terre et des intérêts Réunionnais. Un décryptage politique des enjeux qui y sont liés également », écrit-il dans un communiqué. 

« Ce 23 janvier, en présence de près de 70 personnes, nous avons soutenu la création symbolique de la « Zone à Défendre » (ZAD) de Bourg-Murat, à l’initiative de l’association
« Domoun la Plaine. » Cette association propose un projet alternatif au pharaonique Parc du Volcan pensé par la mairie du Tampon (le Puy du fou Réunionnais) près de 11 millions €, en privilégiant la concertation avec les riverains et la population, en préservant la qualité de vie et les espaces naturels.
Hier encore, nous soutenions :
– les « Gardiens de Casabona », contre le projet de centre commercial et de voie d’accès,
– les collectifs contre l’incinérateur (UVE) de Pierrefonds,
– le collectif « Aret Anter Anou » contre le 2e centre d’enfouissement (ISDU) de Franche Terre (Ste Suzanne),
– les collectifs Zazalés et « Usagers de Manapany » contre le projet de privatisation du front de mer pour y installer un hôtel 5 étoiles.

• Quels points communs entre ces différents combats, ces différentes dynamiques aux 4 coins de l’île ?

1) La plupart de ces projets budgétivores (des millions d’euros par projet), sans réel intérêt public, au profit des grands groupes industriels, sont pensés dans le Sud de l’île, par les mêmes barons, tenanciers de la politique traditionnelle, hier faiseur de « roi », aujourd’hui adoubeur de « reine » de la Région.

2) Tous ces investissements se font contre l’intérêt des Réunionnais, nos intérêts, en spoliant, voire volant notre terre.
3) Tous ces projets sont « légitimés » par des habillages technico-administratifs (concertations, enquêtes publiques) qui détournent au fond le sens démocratique, l’expression et l’intérêt populaire. Combien de personnes ont connaissance de ces concertations, s’y intéressent, et disposent réellement des outillages nécessaires pour évaluer l’intérêt général de tels projets ? Pour preuve récente encore, la consultation publique autour de la révision du document de Programmation Pluri annuelle de l’Energie

(PPE), organisée par voie électronique, pendant la période des fêtes de fin d’année. Cette manœuvre a été dénoncée par les collectifs Attac, Greenpeace, Zéro Déchets. Enfin, sur l’ancienne consultation, seules 7 contributions avaient été enregistrées, dont 6 émanaient de groupes industriels… Cherchez l’erreur !

– Pourquoi nous parler « d’autonomie énergétique », lorsqu’ils remplacent une dépendance par une autre, et substituent la voix des intérêts industriels et financiers, à celle des Réunionnais ?
– Pourquoi nous parler « d’autonomie alimentaire », de « transition agro-écologique » quand ils sont prêts à sacrifier près de 80 ha de foncier agricole, entre Ste Suzanne et St Pierre pour les dédier aux déchets ?

– Pourquoi nous parler de « relocalisation productive », de « Plan de relance économique », quand ils s’approprient des dizaines d’hectare agricole de Bourg-Murat à Manapany, pour les mettre sous cloche, ou en vitrine, destinés à un tourisme de masse, pour une catégorie sociale aisée, alors même qu’on assiste depuis quelques mois à un recul formidable de nos libertés fondamentales (déplacement, circulation, interaction sociale) par l’instauration d’une démocratie sanitaire ?

– Pourquoi nous parler de « circuit court », de « production locale », quand ils nous asphyxient avec le seul modèle économique qui vaille pour eux : les centres commerciaux, les fast-food du Port à Casabona ?

Que veulent au fond, les barons sudistes qui dirigent indirectement, pour le compte de la pensée et du modèle économique unique : celui des grands groupes et monopoles ? Que fait-on des fameux fonds européens (POE de 7 ans, Interreg…), fonds étatiques (plan de relance, LBU…) et comment sont-ils administrés ?

Ce que nous ne voyons pas : les milliards déversés par l’Europe et l’Etat dans notre île, qui sont censés servir notre jeunesse, et l’Émancipation territoriale.
Ce que nous voyons de génération en génération : ces mêmes milliards sortir de Bruxelles, transités par Paris, faire escale au comptoir-Réunion, et repartir, sans faire de bruit.

Et tout cela dans le silence assourdissant des majorités régionales, qui pourtant administrent une partie de ces fonds. De droite à gauche, l’intérêt reste le même : conserver l’argent de la rente administrative au profit des groupes, monopoles, oligopoles qui installent le diktat de la vie chère, du chômage de masse, des embouteillages, et de la précarité.

Pour toutes ces raisons, il est grand temps aujourd’hui, de soutenir et de féliciter cette nouvelle Zone à Défendre (ZAD) des riverains des Topazes (Bourg-Murat), comme il est temps, pour nous tous de nous unir pour préserver l’intégrité territoriale des Réunionnais dans son ensemble, contre ces projets privés et publics d’inspiration métropolitaine dans l’âme. Nous unir pour défendre l’intégrité de notre territoire, sa souveraineté, basée sur des projets alternatifs, solidaires et durables, respectueux de notre insularité, de notre Histoire, et de sa population ».

« Domin po Domoun » – Lespri (PCO)

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Denis : elle a tenté de tuer sa copine de Prépa à coups de couteau… et n’a jamais été inquiétée par la justice

Article suivant

Joe Biden traite un journaliste de « fils de p…. » en conférence de presse !

Free Dom