/

Lutte contre la pauvreté : tous les acteurs réunis au Palais de la Source

17 min de lecture

Ce mardi 15 mars, les différents acteurs concernés par la Stratégie Pauvreté étaient invités par le Conseil départemental et la Préfecture à assister au comité de pilotage de la convention relative à la stratégie de prévention et de la lutte contre la pauvreté mise en œuvre depuis trois ans à l’échelle du territoire réunionnais. Une séquence au cours de laquelle le Département, pilote de l’action sociale, a pu échanger avec les acteurs présents et rappeler les actions partenariales menées pendant ces 3 années.

Un Hémicycle plein pour cette rencontre qui vient clôturer une démarche annoncée le 13 septembre 2018, la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté mise en place sur 3 ans de 2019 à 2021.

Une stratégie pour rappel qui repose sur 5 engagements :

– l’égalité des chances dès les premiers pas pour rompre la reproduction de la pauvreté,

– garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants, – un parcours de formation garanti pour tous les jeunes,

– vers des droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l’activité,

– investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi.

Les actions mises en œuvre pendant 3 ans, et à venir, dans le cadre du Plan de stratégie de prévention et de la lutte contre la pauvreté ont ainsi été présentées, un bilan de trois années à inventer de nouveaux modèles, à innover pour redonner des perspectives à celles et ceux qui en ont besoin.

Le Préfet, Jacques Billant, a déclaré que la pauvreté n’était pas une fatalité « Nous actionnerons nos leviers pour sortir de la pauvreté. La stratégie fait le pari de l’innovation sociale, de la co-construction car la réussite s’adapte à l’évolution de la société aux nouvelles formes de précarité. La Réunion est le deuxième territoire national le plus doté, près de 28M€, avec le financement de près de 200 actions par ces crédits. La stratégie hérite d’une multitude de dispositifs. Elle a vocation à s’appuyer sur un partenariat fort et de confiance avec le Conseil départemental et les différents acteurs. Et nous souhaitons collectivement aujourd’hui vous, nous, donner envie d’aller encore plus loin en matière d’égalité des chances, plus loin aux côtés des jeunes, des sans-abris, aux côtés des parents en difficultés… ».

Après avoir salué l’engagement de l’Etat aux côtés de la Collectivité pour venir en aide aux plus démunis, le Président du Département, Cyrille Melchior a rappelé « que les solidarités humaines sont le cœur de l’action départementale. Elles sont le socle, l’essence de notre engagement et notre Collectivité y consacre la plus grande part de ses moyens, pour être à la hauteur des enjeux sur un territoire où près de 40% des Réunionnais vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le Département a pu réaffirmer sa volonté de tendre vers une société plus juste, plus équitable, donnant une véritable chance aux plus vulnérables, permettant à chacun de vivre dignement et de prendre toute sa place dans la société. »

Ce constat de grande précarité sociale oblige la Collectivité à se remettre en cause. Ainsi, ce plan conjoint a permis de renforcer le rôle et la légitimité du Département dans le pilotage de l’action sociale par la mise en place d’une dynamique partenariale plus structurée.

Comme l’a précisé Jean-Marie Virapoullé, Vice-président du Département, délégué à la coordination de l’action sociale et stratégie de prévention et d’inclusion sociale « le Département a pu bâtir ces trois dernières années des fondations solides et durables en matière d’engagement partenarial visant à lutter contre la pauvreté et la précarité. De nombreuses actions ont été menées. Nous pouvons citer la signature de conventions, avec des opérateurs locaux, qui ont permis un meilleur accompagnement des bénéficiaires de l’ASE et son corollaire, la diminution des sorties sèches de ce public. Sur le volet de l’insertion, l’articulation avec les missions locales permet le déploiement de l’allocation « garantie jeune » pour les jeunes majeurs sortant de l’ASE sans projet professionnel pour éviter tout risque de rupture. Des articulations plus efficientes entre le Conseil départemental, la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) et Pôle Emploi ont eu pour effet d’améliorer le SPI (service public d’insertion) en réduisant notamment les délais d’orientation et de contractualisation des BRSA et en facilitant une prise en charge de leurs difficultés sociales concomitamment à leur accompagnement vers l’emploi ».

Les moyens financiers déployés par le Plan stratégique ont permis plus d’efficience en termes de parcours, grâce à une qualité de partenariat renforcé avec l’ARS et le CHU pour le soutien à la parentalité auprès des familles vulnérables, notamment, celles dont les enfants sont victimes de violences intra familiales,

D’autres collaborations ont été renforcées et reconduites, encouragées par des résultats prometteurs, comme celui engagé avec la SPL-AFPAR pour la formation des bénéficiaires du RSA.

Dans le domaine de la prévention, des weekends parentalité ont été organisés, offrant à des familles fragilisées un court moment de répit leur permettant également d’accéder à une offre d’accompagnement.

Dans le même esprit, des Espaces de rencontre familiale labellisés ont été développés, avec comme objectif de maintenir, établir ou rétablir les liens entre les enfants et leurs parents dans des situations difficiles.

Enfin, consciente que la non-maîtrise des savoirs de base que sont l’illettrisme, l’innumérisme et l’illectronisme est un empêchement qui entraîne de lourdes conséquences, la Collectivité a proposé un plan d’intervention.

S’agissant des publics marginaux, échappant au droit commun et parfois inconnus des services du Conseil Départemental, des éducateurs de rue ont permis de renforcer les dispositifs de médiation sociale dans une démarche d’accompagnement social renforcé.

Dans le champ de l’accompagnement des personnes vulnérables, le renforcement des services à domicile la nuit et le week-end en 2022 participera au maintien à domicile des personnes âgées et plus globalement au maintien du modèle de vie réunionnais.

L’accompagnement de l’aide alimentaire chez les familles les plus démunies s’est renforcé depuis 2 ans avec la mise en place, dans le cadre du Plan départemental de relance économique et social, du chèque personnalisé alimentaire et hygiène (CAPAH), complémentaire aux accompagnements.

L’innovation est également au niveau du partenariat avec les communes de l’ile, au travers des jardins familiaux partagés qui s’étalent désormais sur plus de 7 ha.

Enfin, deux appels à manifestation d’intérêt (AMI) dans les domaines de l’inclusion sociale et de l’insertion, d’un montant global de 4,6 millions d’euros ont été lancés. La répartition de cette enveloppe a permis un déploiement des moyens prioritairement vers les bassins les plus touchés par la pauvreté tout en respectant une équité géographique des territoires.

« Dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie au niveau local, le Département maintiendra les dispositifs et continuera de travailler, avec l’ensemble de ses partenaires pour les conforter et les améliorer. La Collectivité renforcera sa démarche « d’aller vers », notamment auprès de ceux qui ne se manifestent plus, pour favoriser l’accès aux droits et lutter contre le non recours. Elle déploiera plusieurs dispositifs innovants ces prochaines semaines en mobilisant les crédits de la stratégie pauvreté, la l’accès aux droits et de l’information ; la mise en place de visites de courtoisie auprès des personnes âgées de plus de 60 ans ; ou encore le Dalon de quartier pour aller à la rencontre de nos publics fragilisés, dont les jeunes. Il nous appartient de poursuivre collectivement ce travail de réinvention et de consolidation de la solidarité territoriale autour de ces grands principes : cohérence, cohésion, innovation et proximité et de voir l’Etat toujours aux côtés des Départements et acteurs pour maintenir les efforts essentiels pour un mieux-vivre de la population » conclut le Vice-président Jean-Marie Virapoullé.

——————————————————————————-

La caravane de l’accès aux droits et de l’information

La caravane de l’accès aux droits et de l’information a été inaugurée avant l’ouverture du Comité de pilotage de la convention relative à la stratégie de prévention et de la lutte contre la pauvreté, en présence du Président Cyrille Melchior, accompagné des Vice-présidents Jean-Marie Virapoullé, Flora Augustine-Etcheverry, Augustine Romano, et du Préfet Jacques Billant.

Dispositif phare du Plan de stratégie, elle permettra « d’aller vers » les populations isolées sur le territoire, de faciliter l’accès aux droits et de lutter contre le non-recours, de contribuer à la démarche de prévention et de (re)créer du lien.

« La caravane c’est d’aller vers les publics en difficultés qui n’accèdent pas aux services sociaux de la Collectivité. C’est de les aider à compléter leur dossier pour que leur niveau s’améliore, lorsqu’il y a une urgence sociale, des violences…. C’est de les accompagner concrètement dans leurs difficultés » précise le Vice-président Jean-Marie Virapoullé.

Les professionnels chargés de l’accueil, de l’information et de l’accompagnement vers les dispositifs de droits communs et d’action sociale seront particulièrement attentifs à :

– Renseigner sur les droits des personnes (aides du Département, droit aux prestations sociales, …)

– Proposer des actions de sensibilisation aux parents (gestes adaptés, conseils sanitaire / alimentaire / de santé, …,) sur la parentalité en général et les accompagnements proposés par nos services de PMI.

– Orienter et faciliter l’orientation vers d’autres services d’action sociale et services publics ;

– Aider à la complétude de dossiers (aide-ménagère, déclaration trimestrielle de la Caf, …) ;

– Informer sur la prévention à la santé, à la parentalité et notamment des Violences Intra Familiales.

Elle sera opérationnelle au cours du mois d’avril 2022. Un travail partenarial sera mené notamment avec les communes pour favoriser et faciliter le déploiement du dispositif, avec d’autres caravanes qui viendront compléter son offre. Des professionnels de la Collectivité seront sur site (Polyvalence / Insertion, Protection Maternelle et Infantile / Intervenants Sociaux en Commissariat et Gendarmerie / Jeunesse), avec tout l’équipement nécessaire pour accueillir les bénéficiaires dans les meilleures conditions.

La Caravane se rendra en priorité sur les quartiers identifiés par les acteurs sociaux, comme étant éloignés des services publics, isolés du reste de la population, ou sujets à des problématiques spécifiques. Les territoires des Hauts seront priorisés plus particulièrement. La population sera informée grâce aux affichages dans les services départementaux, des services publics, une diffusion du parcours des caravanes via le site internet et les réseaux sociaux du Département, mais aussi via les médias. « Le Département a une priorité qui est celle d’accompagner le mieux possible les personnes en difficultés. Ces personnes doivent connaître leurs droits. Nous avons développé à travers cette caravane, un programme qui vise à faciliter leur accès pour le plus grand nombre des familles. Elle va se rendre dans les endroits les plus reculés de l’île et les personnes seront accueillies par les travailleurs sociaux du Département et d’autres partenaires » déclare Cyrille Melchior.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le téléphérique Papang a pris son envol : tout revoir en VIDEO

Article suivant

Parc du Colosse : la baignade de nouveau possible et payante; Découvrez les tarifs !

Free Dom