La fête de Noël à La Réunion est-elle menacée par un retour en force du Covid avec ses 2 nouveaux variants ?

4 min de lecture
12

L’ARS(Agence régionale de santé de La Réunion) signale une augmentation de la circulation du Covid-19 dans le département.

Entre la semaine 43 (23-29 octobre) et la semaine 46 (12-19 novembre), le taux de positivité a augmenté de manière significative, passant de 9% à 26%, et cette hausse touche toutes les tranches d’âge. Le variant prédominant depuis plusieurs mois à La Réunion est un sous-variant d’Omicron.

Cette reprise se manifeste par une augmentation des hospitalisations et des admissions aux urgences pendant trois semaines consécutives. Au cours de la semaine 46, l’ARS a enregistré 14 hospitalisations pour le Covid, par rapport à seulement 2 lors de la semaine 44 (30 octobre-5 novembre), et 29 admissions aux urgences, contre 5 au cours de la semaine 44.

Il est possible que ces deux symptômes fassent leur retour sur le devant de la scène. En effet, au cours des derniers mois, le SARS-CoV-2 a connu une évolution significative. Dans un rapport récent partagé par Santé Publique France, on mentionne la propagation rapide de la souche JN.1, une sous-lignée du variant BA.2.86, également connu sous le nom « Pirola ». Ce « nouveau variant », représentant au moins 13% des nouvelles contaminations en France, se propage non seulement dans l’Hexagone, mais également à l’échelle mondiale. Il semble ramener avec lui des symptômes déjà familiers à tous.

Depuis plus d’un an, nous  avons été confrontés à des vagues successives provoquées par des sous-variants d’Omicron de la lignée XBB. La vague actuelle, causée par le dernier sous-variant en date, XBB.1.5, surnommé Eris, approche de sa fin. Cependant, de nouveaux sous-variants d’Omicron ont commencé à émerger en Europe depuis l’été dernier, provenant de la lignée BA.2.86, connue sous le nom de Pirola, et ils présentent une grande divergence génétique par rapport aux variants XBB.

Le dernier de ces sous-variants, nommé JN.1, dérive de la lignée Pirola et pourrait bientôt prédominer en Île-de-France au cours des prochaines semaines. Lorsqu’il représentera entre 50 et 60% des séquences analysées, on s’attend à ce qu’il entraîne un changement de direction dans la courbe épidémique actuellement en baisse, conduisant à une augmentation de l’incidence, et très probablement à l’émergence d’une nouvelle vague, cette fois-ci pendant la saison hivernale.

Il est intéressant de noter que la France et l’Islande semblent être les deux principaux foyers de cette émergence épidémique de JN.1, bien que les caractéristiques de transmission et de virulence de ces nouveaux variants restent largement inconnues. À ce jour, aucun rapport alarmant ne nous est parvenu concernant ces aspects.

Une étude partagée la semaine dernière par Santé Publique France a tenté de comparer la souche JN.1 à son parent, le variant BA.2.86. Les autorités sanitaires soulignent que « les proportions de certains symptômes, tels que l’agueusie et l’anosmie, semblent plus élevées dans le groupe ‘JN.1′ ». Cependant, Santé Publique France met en garde en indiquant que « ces différences devront être confirmées » dans les semaines à venir.

Il est important de noter que la situation évolue rapidement, et il est recommandé de suivre les sources d’information locales, nationales et internationales, ainsi que les directives des autorités sanitaires, pour obtenir les informations les plus récentes sur la pandémie de COVID-19.

Les facteurs tels que la vaccination, les mesures de prévention, les taux de transmission et les variantes du virus peuvent influencer la situation épidémiologique. Si vous avez des préoccupations spécifiques concernant Noël ou toute autre période de l’année, je vous encourage à suivre les recommandations des autorités sanitaires et à rester informé des développements locaux.

Voici le communiqué de l’ARS :

Une augmentation de la circulation du Covid-19 est observée depuis quelques semaines à La Réunion, selon l’ARS. Le taux de positivité est passé de 9% à 26% de la semaine 43 (23 – 29 octobre) à la semaine 46 (12 – 19  novembre). Cette augmentation concerne toutes les classes d’âge. Le nombre d’hospitalisations pour Covid est en augmentation : 14 en semaine 46 contre 2 en semaine 44 (30 octobre – 5 novembre).

Le nombre de passages aux urgences est également en hausse : 29 passages en semaine 46 contre 5 en semaine 44. Le variant majoritaire qui circule depuis plusieurs mois à La Réunion est un sous-variant d’Omicron.

L’ARS La Réunion recommande aux personnes les plus à risque de forme grave de la maladie de se faire à nouveau vacciner contre le Covid-19. Ceci concerne les personnes de plus de 65 ans, celles présentant
des facteurs de fragilité et les personnes vivant dans leur entourage.

La vaccination fortement recommandée aux personnes fragiles
Les autorités sanitaires recommandent aux personnes suivantes de se faire à nouveau vacciner :
• les personnes de 65 ans et plus
• les résidents d’EHPAD et unités de soins de longue durée (USLD), quel que soit leur âge
• les personnes présentant un ou plusieurs facteurs de fragilité (comorbidités) : obésité (IMC >30),
broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), insuffisance respiratoire, diabète de type
1 et 2, hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale…
• les personnes immunodéprimées, quel que soit leur âge
• les femmes enceintes

• les personnes vivant dans l’entourage ou en contact régulier avec ces personnes
immunodéprimées ou vulnérables, y compris les professionnels des secteurs sanitaire et médicosocial.
La vaccination contre le Covid-19 reste possible pour toute personne qui le souhaite.

Le délai à respecter entre deux doses de vaccin ou entre une infection au Covid-19 et une dose de vaccin est de 6 mois. Pour les personnes immunodéprimées, ce délai est réduit à 3 mois après la dernière
injection ou infection.

Où et comment faire la vaccination ?

• Pour les résidents en EHPAD et USLD, la vaccination est organisée par l’établissement
• Les autres personnes concernées peuvent :
– prendre rendez-vous auprès de leur médecin, pharmacien, infirmier (s’ils proposent lavaccination)
– se rendre sur le site www.sante.fr pour trouver un professionnel de santé à proximité.

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
12 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Trophées des services à la personne 2023 : rendez-vous le 8 décembre pour valoriser les métiers essentiels

Article suivant

La maire de St-Denis participera au colloque international « Ville Amie des Aînés » à Paris

Free Dom