Petite-île promeut l’utilisation d’espèces indigènes et d’espèces exotiques non envahissantes

5 min de lecture

La Démarche Aménagement Urbain et Plantes Indigènes (DAUPI), portée par le Conservatoire Botanique National et le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Mascarin (CBN-CPIE), a pour objectif de promouvoir l’utilisation d’espèces indigènes et d’espèces exotiques, non envahissantes dans les aménagements urbains et péri-urbains de La Réunion.

Petite-Île a été la première commune de l’île de La Réunion à s’inscrire dans la démarche DAUPI en 2015.

Serge Hoareau, Maire de Petite-Île, et Armand Hoareau, Président du CBN-CPIE Mascarin ont signé le 7 août 2015 une convention relative à la création d’un arboretum DAUPI à Petite-Île, ainsi qu’une charte d’engagement relative à la non-utilisation de plantes invasives sur son territoire.
Cette convention arrivant à terme en 2020 une deuxième convention sera mise en place pour la période 2021 à 2025.

La DAUPI permet de préserver, en autre la biodiversité en limitant l’introduction, la production et la diffusion d’espèces exotiques envahissantes et potentiellement envahissantes dans les aménagements urbains et péri-urbains et de répondre à une forte demande sociétale de pouvoir disposer d’espèces indigènes avec un double intérêt : pédagogique et culturel en favorisant la connaissance et la réappropriation de ce patrimoine végétal original…

Signature de la convention DAUPI

Mardi 23 mars 2021, Monsieur Serge Hoareau, Maire de Petite-Île, et Monsieur Maximin Assoune Président du Conservatoire Botanique National et Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Mascarin (CBN-CPIE Mascarin), s’apprêtent à signer le renouvellement de la convention DAUPI.

Les objectifs de cette convention sont :

– Donner un cadre officiel à l’ensemble des projets d’aménagement paysager, notamment les projets de végétalisation à venir sur le territoire de la Ville de Petite-Île : création d’aménagements urbains, d’espaces verts (aires de pique-nique), cheminements arborés ou végétalisés (sentiers botaniques), arboretums… qui seront ensuite valorisés d’un point de vue pédagogique, patrimonial, socio-culturel, traditionnel et économique.

– Renforcer les arborétums existants en priorisant les espèces indigènes pour lesquelles la disponibilité en semences et la maîtrise de multiplication sont assurées.

– Apporter une expertise technique et scientifique sur les sites gérés par la Ville de Petite-Île (Domaine du Relais, Le Vivier, espace vert près de l’Hôtel le Palm, les cours d’écoles, les espaces publics, les opérations de logement etc…) pour lutter contre les espèces exotiques envahissantes et contribuer à leur entretien ou à leur réhabilitation.

– Favoriser les échanges entre les équipes de la Ville de Petite-Île en charge de l’aménagement et de l’environnement et du CBN-CPIE Mascarin dans le cadre de la démarche DAUPI.

– Valoriser les arborétums d’un point de vue pédagogique, patrimonial, socioculturel, traditionnel et économique (Domaine du Relais, Le Calvaire et le Stade Régional Gaby Folio.

Dans le cadre de ce partenariat, CBN-CPIE Mascarin s’engage à fournir, à titre gracieux, des plants d’espèces indigènes à la commune de Petite-Île et à l’accompagner dans ses projets d’amenagement paysager. En contrepartie, la commune s’engage à mettre en oeuvre les engagements DAUPI et à sensibiliser les citoyens dans la lutte contre les espèces invasives.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Jaloux, il débarque chez son ex avec un fusil harpon pour menacer le nouveau compagnon

Article suivant

« Ou rod in kaz » ? Faciliter l’accès au logement pour les jeunes

Free Dom