Journée mondiale de l’AVC : les actions sur notre île

3 min de lecture
3

A la Réunion, on compte :

  • Près de 2 500 AVC par an soit 5 AVC par 24 heures.
  • Un taux de personnes hospitalisées ayant subi un AVC de 30% plus élevé qu’en France Métropolitaine
  • Un âge moyen de survenue de l’AVC nettement inférieur (de 7 ans plus jeune qu’en France Métropolitaine)

L’association France AVC Réunion s’engage sur le terrain depuis 2015 à mener des campagnes de prévention primaire contre l’AVC et également à accompagner les personnes victimes d’un AVC et leur famille. Dans le contexte de la crise sanitaire actuelle, l’association se réorganise et innove afin d’assurer la continuité de ses actions.

L’Association Bouzanou crée en 2020 tend à favoriser la pratique des activités physiques adaptées en prévention primaire auprès du grand public et en prévention secondaire tout en accordant une attention particulière aux personnes en situation de handicap.

Chaque année, France AVC Réunion, mène des campagnes de prévention auprès du grand public au travers d’action de terrain, sur la détection des signes de l’AVC et les facteurs de risques.

Cette année, deux jours seront consacrés à la journée mondiale de l’AVC, le vendredi 29 et le samedi 30 octobre.

Le vendredi 29 octobre l’équipe de France AVC Réunion ainsi que nos bénévoles distribueront gratuitement des porte clés et des messages de prévention au grand public sur les lieux suivants de 9h à 12h :

• Les centres Edouard LECLERC suivants :

o Portail St Leu

o Leclerc La réserve Ste Marie

o Leclerc St Benoit

• Le marché de St Paul

En plus d’aller à la rencontre du grand public, nous voulons créer un événement qui se veut ludique, familial et sportif. Vous trouverez donc au programme du 30 octobre de 9h à 15h au vélodrome de champ fleuri:

  • Un village santé pour sensibiliser, découvrir, tester sa santé
  • Un staff itinérant pour sensibiliser, rencontrer, informer
  • Un parcours à vélo, vélo électrique, et adapté afin de promouvoir l’activité physique
  • Structure gonflable de 80 m2 pour vos enfants

L’ouverture de la journée se fera par plusieurs discours dont celui de Madame la Maire, Ericka Bareigts et du Dr Martine Servat, Directrice de l’Animation territoriale et des parcours de santé de l’ARS.

 

3 Commentaires

  1. Comprends pas. L’avc la Reunion lé au même titre que le diabète c’est à dire que y rencontre beaucoup plus qu’en France? Un jeune que n’a aucun antécédent lé « bizarre » que li meurt d’un accident vasculaire cérébrale.

  2.  » Ceci ne serait pas dramatique si cette stratégie n’était pas à l’origine de complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables pour tout médecin qui, tous les jours, se bat, pour soulager et soigner des patients. Les médecins « du terrain » croient encore au serment d’Hippocrate qui a été leur guide depuis des siècles et que les politiques les obligent à bafouer. Les principes fondamentaux du serment dont « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé… ont été rejetés d’un revers de main.

    Comme vous le savez, ce vaccin est en cours de phase d’expérimentation, phase 3 de mise au point d’un médicament. Maintenant que cette phase, déclenchée au niveau mondial, a du recul, les médecins du terrain voient apparaître de nombreuses complications. Au 2 octobre 2021, l’agence européenne du médicament, l’EMA, recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications dont 1 million graves. Ces chiffres ne représentent qu’une partie des cas observés. En France, l’Agence nationale du médicament (ANSM) dans son rapport du 16 septembre 2021 rapporte 22 559 cas graves parmi lesquels des décès. De nombreux cas ne sont pas rapportés pour différentes raisons.

    En France, l’expérience du terrain rapportée par les médecins de ville et hospitaliers montre clairement l’accroissement des complications survenant dans les semaines suivant la vaccination : de nombreux cas de paralysie faciale, de myocardite et péricardite dans les suites précoces de la vaccination, des complications cardio-vasculaires (Infarctus, AVC) chez des sujets relativement jeunes et pas forcément à risque cardio-vasculaire, de nombreux cas de thrombose veineuse et d’embolie pulmonaire. Les médecins signalent une élévation fréquente des marqueurs de thrombose (D-Dimères) parfois à des taux anormalement élevés, une fatigue et altération de l’état général accélérée chez les patients âgées, des cancers jusque là contrôlés, explosent après vaccination, des maladies auto-immunes comme des polyarthrites, des thyroïdites se dérèglent dans les semaines qui suivent la vaccination. L’ANSM indique comme « signaux confirmés » la myocardite et la péricardite de survenue précoce après la vaccination avec les vaccins Comirnaty (Pfizer/BioNTech) et Moderna sans donner le nombre exacts de malades et en minimisant la pathologie alors que les complications et les séquelles à long terme peuvent être graves. »

  3. Ceci ne serait pas dramatique si cette stratégie n’était pas à l’origine de complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables pour tout médecin qui, tous les jours, se bat, pour soulager et soigner des patients. Les médecins « du terrain » croient encore au serment d’Hippocrate qui a été leur guide depuis des siècles et que les politiques les obligent à bafouer. Les principes fondamentaux du serment dont « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé… ont été rejetés d’un revers de main.

    Comme vous le savez, ce vaccin est en cours de phase d’expérimentation, phase 3 de mise au point d’un médicament. Maintenant que cette phase, déclenchée au niveau mondial, a du recul, les médecins du terrain voient apparaître de nombreuses complications. Au 2 octobre 2021, l’agence européenne du médicament, l’EMA, recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications dont 1 million graves. Ces chiffres ne représentent qu’une partie des cas observés. En France, l’Agence nationale du médicament (ANSM) dans son rapport du 16 septembre 2021 rapporte 22 559 cas graves parmi lesquels des décès. De nombreux cas ne sont pas rapportés pour différentes raisons.

    En France, l’expérience du terrain rapportée par les médecins de ville et hospitaliers montre clairement l’accroissement des complications survenant dans les semaines suivant la vaccination : de nombreux cas de paralysie faciale, de myocardite et péricardite dans les suites précoces de la vaccination, des complications cardio-vasculaires (Infarctus, AVC) chez des sujets relativement jeunes et pas forcément à risque cardio-vasculaire, de nombreux cas de thrombose veineuse et d’embolie pulmonaire. Les médecins signalent une élévation fréquente des marqueurs de thrombose (D-Dimères) parfois à des taux anormalement élevés, une fatigue et altération de l’état général accélérée chez les patients âgées, des cancers jusque là contrôlés, explosent après vaccination, des maladies auto-immunes comme des polyarthrites, des thyroïdites se dérèglent dans les semaines qui suivent la vaccination. L’ANSM indique comme « signaux confirmés » la myocardite et la péricardite de survenue précoce après la vaccination avec les vaccins Comirnaty (Pfizer/BioNTech) et Moderna sans donner le nombre exacts de malades et en minimisant la pathologie alors que les complications et les séquelles à long terme peuvent être graves.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Pont de l’Entre-Deux : une personne aurait mis fin à ses jours

Article suivant

Première coupe de la simulation des urgences de l’océan Indien : que le meilleur soigne !

Free Dom