La journaliste Shireen Abu Akleh tuée d’une balle dans la tête en Cisjordanie, ses funérailles perturbées

3 min de lecture
5

Mercredi 11 mai, la journaliste vedette américano-palestinienne d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, 51 ans, a été tuée d’une balle dans la tête alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967. Elle portait un gilet pare-balles siglé « presse » et un casque de reportage.

Ce vendredi 13 mai à Jérusalem, plusieurs milliers de palestiniens assistaient aux funérailles de la journaliste, lorsqu’ils ont été attaqués par la police israélienne au départ du cortège funèbre, faisant 33 blessés. Après cette intervention, la foule a pu accompagner le cercueil vers une église de la Vieille Ville où une messe a été prononcée, avant de se rendre au cimetière, où Shireen Abu Akleh a été enterrée.

Réaction de Huguette Bello pour l’Union des Femmes Réunionnaises

L’UFR tient à exprimer sa vive indignation et condamne avec force l’assassinat barbare de la correspondante d’Al Jazira, Shireen Abu Akleh, en plein exercice de sa profession de journaliste. L’UFR
dénonce cette atrocité qui est une agression de plus en Palestine occupée et présente ses condoléances à la communauté internationale des journalistes, à Al Jazira qui accuse Israël d’avoir délibérément assassiné Shireen Abu Akleh, à la famille de notre sœur Shireen et au peuple palestinien.

Réaction de Nathalie Bassire, députée de la Réunion

Je me joins à la communauté internationale pour condamner le meurtre de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, tuée ce 11 mai d’une balle dans la tête dans l’exercice de ses fonctions, par les forces d’occupation israéliennes, et les insupportables violences policières qui ont troublé ses funérailles le 13 mai.

Il s’agit tout d’abord d’un impardonnable triple assassinat : celui d’une femme, celui d’une Chrétienne, et celui d’une journaliste.

Il est ensuite particulièrement indigne de charger la foule lors des funérailles au point de faire basculer le cercueil, ce qui constitue une grave atteinte au respect dû aux morts.

Au nom de la Liberté, notamment de religion et de pensée, je dénonce tant d’inhumanité et de haine !

Je réitère ma solidarité envers le peuple palestinien et maintiens ma position en faveur d’une solution pacifique et juste du conflit israélo-palestinien.

5 Commentaires

  1. Huguette,balaye devant oute porte avant occupe lo ki oute camarade, déjà occupe aou vraiment et intelligemment des fausses promesses que zot la fait,au lieu fuir comme in tangue,vendu parmi les vendus

  2. Elle lé libre donne son avis. Lé triste pou cette journaliste. C’est comme si elle la été « visée » intentionnellement. Parce elle l’avait son gilet casque tout son attirail. Être journaliste quand ou lé su terrain quand na conflit lé risqué mais de ça zot lé au courant…

  3. Triste,pourtant elle avait son gilet pare-balles mais ils se sont montrés plus intelligents et ont visé la tête.Malgré son casque,la mort a été plus forte aussi.
    Ils ont atteints leur but,cerrains Israéliens!
    C’est injuste!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Festival Foot U13 Pitch : deux équipes disqualifiées, les parents mécontents manifestent

Article suivant

Les Journées de quête nationale de la Croix-Rouge ont débuté au sommet du Piton des Neiges

Free Dom