/

La nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer est Marie Guévenoux; D’autres ministres font leur entrée au gouvernement d’Attal; Réactions

6 min de lecture
11

C’est ce matin à 9h30, heure de Paris, qu’aura lieu la cérémonie de passation de pouvoir entre Philippe VIGIER, ministre délégué chargé des Outre-mer sortant et Marie GUEVENOUX, nouvelle ministre déléguée chargée des Outre-mer. Une passation de pouvoir qui sera présidée par Gérald DARMANIN, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer.

Originaire d’Amiens (Somme), Marie Guévenoux est députée (Renaissance) de l’Essonne (9ème circonscription de Draveil/Ris-Orangis) depuis 2017; Elle est âgée de 47 ans. Proche d’Alain Madelin (Démocratie Libérale), très active auprès d’Alain Juppé, puis de François Fillon, elle a rejoint le camp d’Emmanuel Macron aux débuts de « En marche » et occupe depuis le début de l’année 2023 le poste de présidente de Renaissance dans l’Essone. Depuis juin dernier, elle a été élue Première questrice (ou questeure) de l’Assemblée nationale.

Valletoux, Guérini, Barot, Kasbarian… les autres ministres qui font leur entrée au gouvernement d’Attal

Les autres membres du gouvernement Attal, nommé le 11 janvier dernier, ont été dévoilés dans un communiqué daté du 8 février et publié dans la soirée. Il s’agit de Nicole Belloubet qui remplace Amélie Oudéa-Castéra à l’Education nationale, de Frédéric Valletoux nommé à la Santé. Stanislas Guérini est nommé au ministère de la Transformation et de la Fonction publiques. Jean-Noël Barrot (MoDem) devient ministre délégué à l’Europe; Sarah El Haïry se voit confier l’Enfance et la Famille. Marina Ferrari sera la secrétaire d’Etat chargée du Numérique auprès de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie. Patrice Vergriete est nommé ministre des Transports. Dominique Faure sera chargée des Collectivités territoriales et de la ruralité. Franck Riester hérite du Commerce extérieur, de l’Attractivité, de la Francophonie et des Français de l’étranger. Guillaume Kasbarian sera ministre chargé du Logement et Sabrina Agresti-Roubache a été nommée ministre déléguée à la Ville, à la Citoyenneté et à l’Intégration.

Réactions

Jean Hugues RATENON, Député de La Réunion : « De pire en pire : L’Outre-Mer sacrifié sur l’autel de la cuisine politique »

Une fois de plus, on change de ministre mais le cap politique d’appauvrir toujours plus les peuples ultramarins restera le même.

Une fois de plus, il faudra reprendre tout à zéro, ce qui était déjà peu. Les mesurettes en cours vont être stoppés.

Que va devenir le CIOM ? Les engagements pris par son prédécesseur sont-ils toujours d’actualité sur notamment les questions du pouvoir d’achat, la cherté de la vie, le logement, l’emploi, etc..

Une fois de plus, au nom de la parité homme-femme ; des équilibres politiques à trouver ; l’Outre-Mer est et sera encore plus abandonné. Les changements de ministre se font à une cadence jamais vue n’offrant aucune visibilité et stabilité sur le long terme.

C’est un mépris alors que nous devons relever d’immenses défis.

La nouvelle ministre déléguée, sous tutelle, va comme d’habitude entamer une croisière des iles pour écouter, voir, comprendre. Des voyages exotiques avec l’argent public, l’argent des plus pauvres. En attendant cabris i mange salade.

Malgré cela, mon devoir c’est de continuer plus que jamais à créer le rapport de force et de favoriser l’union des forces Réunionnaises face à ce gouvernement.

L’objectif est de prendre ce qui est possible pour notre territoire. Pour les Réunionnais.

La fédération socialiste de La Réunion : « Dernières nominations au gouvernement : tout ça pour ça ! »

Le remaniement gouvernemental d’Emmanuel Macron et Gabriel Attal touche à sa fin avec l’annonce de la liste des ministres délégués et secrétaires d’État, mettant ainsi un terme au « grand chambardement » qui n’aura que trop duré pour un effet minime avec la reconduite aux responsabilités de 65% des membres du gouvernement .

L’attente a été longue et il est légitime de se demander comment le gouvernement a pu fonctionner pendant cette période. Cette situation, caractérisée par l’absence de nominations pendant presque un mois sur des postes clés laissés vacants, notamment ceux du Logement, de la Santé et des Transports laisse un sentiment d’inquiétude parmi les professionnels des secteurs concernés.

Ces annonces ne répondent pas aux attentes en ce qui concerne la représentation et les enjeux des outre-mer, que nous défendons à La Réunion. Cette longue vacance s’est d’ailleurs traduite par l’annulation pure et simple de la visite pourtant annoncée du Ministre de l’Intérieur et des Outremer après un décret de déclaration de catastrophe naturelle loin des réalités, rappelant ainsi que pour s’occuper efficacement des Outre-mer, il faut une disponibilité suffisante, au risque que nos problèmes soient relayés dans les interstices d’un agenda ministériel réputé chargé.

La nomination de Marie Guévenoux en tant que Ministre déléguée chargée des outre-mer confirme que ce poste reste une variable d’ajustement des gouvernements d’Emmanuel Macron. D’autant plus que Ministre déléguée et donc absente du Conseil des Ministres, elle ne pourra pas peser sur les arbitrages qui s’annoncent d’ores et déjà difficiles.

De plus, la confirmation de poids lourds issus des Républicains et l’arrivée de plusieurs figures sarkozystes au gouvernement, suivies d’une déclaration de politique générale articulée autour de sujets de droite, constituent un virage politique inquiétant. L’abandon acté de l’ambition écologiste présidentielle vient renforcer cette préoccupation dans un contexte où la crise climatique se précise.

De son côté, le désaccord politique profond révélé à l’occasion de la nomination avortée de François Bayrou, confirme le virage à droite toute du second mandat de Macron. C’est aussi le sens de la  nomination de Madame Guévenoux qui de par son parcours politique ne présente ni la fine connaissance de nos territoires ultramarins ni la fibre sociale et humaniste qui sont nécessaires pour réussir à ce poste.

Nous resterons attentifs à ce que les intérêts de La Réunion soient défendus avec détermination face à ce gouvernement.

Communiqué de presse de la sénatrice Audrey BÉLIM

Marie GUÉVENOUX a été nommée ministre déléguée aux Outre-mer. Je lui adresse mes félicitations républicaines.

Les dossiers importants pour les Outre-mer ne manquent pas : suivi des mesures du Comité Interministériel des Outre-mer (CIOM), réforme de l’octroi de mer, renforcement de la résilience de nos territoires comme l’ont montré le cyclone Belal et la tempête Candice, lutte contre la vie chère, défense de nos agriculteurs…

Sans préjuger des qualités de Madame GUÉVENOUX, il est regrettable qu’elle soit la 4ème ministre déléguée aux Outre-mer depuis mai 2022. Les Outre-mer ont des spécificités. Les politiques publiques sont complexes. Il est essentiel que la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer puisse rapidement prendre connaissance des dossiers et assurer la continuité des engagements de l’Etat. Philippe VIGIER s’était par exemple engagé à ce que les associations de consommateurs soient associées à la réforme de l’octroi de mer : le Gouvernement doit rester fidèle à ses engagements. Le « réflexe Outre-mer » doit devenir une priorité !

Au-delà du ministère délégué aux Outre-mer, le nouveau gouvernement ATTAL est marqué par la continuité. Seul changement notable, Amélie OUDEA-CASTERA perd le ministère de l’Education nationale pour se concentrer sur les Sports et les Jeux Olympiques et Paralympiques. Choix de raison qui aurait dû être le choix initial : les professeurs et la communauté éducative auraient pu se passer de ces polémiques inutilement blessantes.

Cyrille Melchior salue la nomination de Marie Guévenoux

« Suite au remaniement ministériel opéré ce jeudi 8 février, j’adresse toutes mes félicitations à Marie Guévenoux pour sa nomination en qualité de ministre déléguée aux Outre-mer. Nous aurons à gérer ensemble les suites du cyclone Belal, notamment pour soutenir les agriculteurs et faire face aux enjeux d’aménagements d’un territoire de plus en plus confronté aux catastrophes naturelles. Nous aurons également à poursuivre la mise en œuvre des 72 mesures du CIOM et résoudre la crise du logement que traverse La Réunion. Cela, dans un esprit de dialogue et d’écoute, notamment des élus ultramarins, un exercice qui a démontré toute son efficacité avec son prédécesseur, Philippe Vigier, dont je tiens à saluer le travail qui a permis de faire avancer des dossiers importants pour La Réunion et les Réunionnais ».

Pierrick ROBERT, Président de la CCI RÉUNION

L’ensemble des membres élus de la CCI Réunion se joignent à moi pour présenter nos sincères félicitations à Mme. Marie GUEVENOUX pour sa nomination en qualité de ministre déléguée chargée aux Outre-mer.

Dans le contexte particulier de ce début d’année 2024, les entreprises et les acteurs économiques de l’Outre-mer ont besoin d’un soutien substantiel de la part de l’État pour relever les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés quotidiennement.

Président de l’association des CCI des Outre-mer, il me tient à cœur de lui présenter les caractéristiques particulières et la fragilité des entreprises de nos territoires et poursuivre ainsi le travail déjà bien engagé. »

 

 

1 1 vote
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
11 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Huguette Bello salue l’accord politique sur le règlement STEP pour la réindustrialisation de l’Europe

Article suivant

Santé à La Réunion : Leptospirose et dengue en tête, conditions météorologiques favorables à la propagation

Free Dom