Le CHU dresse un bilan avec l’ABM de l’ensemble de ses activités de greffes et célèbre les deux ans de la greffe de moelle osseuse à La Réunion

3 min de lecture

L’allogreffe de cellules souches est possible à La Réunion depuis deux ans. À cette occasion, le service d’hématologie du CHU réunissait mercredi dernier à Stella, des patients greffés, des donneurs, des professionnels de santé, pour célébrer cet anniversaire, en présence de Mme Marine Jeantet, Directrice de l’Agence Nationale de la Biomédecine.

Cette semaine a également été placée sous le signe de rencontres et échanges entre la Direction Générale de l’ABM, représentée par Mme Marine Jeantet, Directrice Générale, et le Dr Averland, Adjoint de la Directrice de l’ABM, et la Direction Générale et les équipes médicales et chirurgicales du CHU.

A l’issue de sa mission et des échanges avec les professionnels en charge des différentes greffes, la Directrice Générale de l’ABM a pu saluer la qualité des activités de greffes réalisées à La Réunion, rappelant que le CHU étant le seul département ultramarin à disposer et maîtriser les trois modes de prélèvement dans le cadre de la greffe rénale (mort encéphalique, Maastricht 3, donneur vivant).

Un point a également pu être réalisé concernant l’activité d’allogreffe, démarrée en décembre 2021, permettant de soigner les patients en proximité et ne plus infliger la nécessité d’un transfert sanitaire en métropole. En effet, la 1ère greffe a effectivement eu lieu à La Réunion le 13 décembre 2021, et nous en sommes aujourd’hui à 38 allogreffes au total, dont 17 ici au CHU de La Réunion.

50 greffes de rein réalisées à ce stade

Par ailleurs, le CHU a réalisé 50 greffes rénales depuis le début de l’année 2023 et espère atteindre environ 60 greffes rénales d’ici la fin de l’année. De même, la mise en place avec succès d’un nouveau protocole Maastricht III a permis d’accroître le nombre de greffons disponibles pour les patients réunionnais en attente de greffe,.
Par ailleurs, chaque année, entre 5 et 10 greffes rénales pédiatriques sont réalisées. D’ambitieux projets à venir pour la population réunionnaise Un point a également pu être réalisé concernant l’activité de transplantation cardiaque, pour laquelle le CHU est autorisé par l’ARS après avis favorable de l’ABM. Après des mois de travaux, de préparation et de formation des équipes chirurgicales, médicales et soignantes, notamment grâce à un important soutien et partenariat avec la Pitié Salpêtrière, le CHU de La Réunion est en mesure de démarrer ce programme. Là aussi, il sera fondamental de veiller au respect de l’anonymat du donneur et du receveur.
Le CHU projette également, et ce projet a été inscrit dans le cadre du Projet Régional de Santé récemment validé et publié par l’ARS, de mettre en œuvre l’activité de transplantation hépatique à La Réunion. La greffe de foie bénéficierait effectivement à de nombreux patients réunionnais, en nombre supérieur à la greffe de cœur par exemple, et le développement de cette activité en proximité est un élément clé dans l’égalité d’accès aux soins pour les patients de La Réunion, et qui contribuera à limiter les renoncements aux soins en réduisant les transferts sanitaires vers l’Hexagone, et à offrir un cadre de prise en charge plus confortable
aux patients.

Communiquer sur le don d’organes

Le taux d’opposition à la greffe reste malheureusement trop important à La Réunion, avec un taux de 50% contre environ 35% dans l’hexagone. Il reste fondamental de sensibiliser la population à l’importance du don d’organes, et l’importance de communiquer sa position auprès de ses proches. Le CHU déploiera ainsi en 2024, avec l’appui de l’ARS, de La Région et de l’ABM une ambitieuse campagne de communication autour du don d’organe
Enfin, mercredi 8 novembre, une cérémonie anniversaire a été organisée afin de faire le bilan de l’activité d’allogreffe de cellule souche, avancée médicale extraordinaire pour notre territoire. Priorité inscrite dans le le Projet Régional de Santé précédent, la mise en œuvre de cette activité de recours constitue une véritable avancée vers l’autonomie sanitaire de notre territoire. Cette activité permet également d’améliorer la filière de recours et l’accès aux soins des patients venant de Mayotte mais aussi de l’ensemble des pays de l’océan indien. 
Aujourd’hui, et pour rappel, ce sont donc 17 allogreffes de moelle ont pu être réalisées au CHU de La Réunion

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Grèves du CHU : la manifestation continue ce mardi dans l’ouest, circulation très difficile dans le secteur (VIDÉOS-PHOTOS)

Article suivant

Grève illimitée à la SPL Estival : « mon objectif est de sauvegarder les emplois », affirme Patrice Selly ( VIDEOS – PHOTOS)

Free Dom