///

« Village d’Alice » à Saint-André : Joé Bédier inaugure 123 logements d’une résidence intergénérationnelle (Vidéos et Photos)

5 min de lecture
7

Le maire de Saint-André, Joé Bédier, a inauguré ce mercredi matin, 24 avril, le « Village d’Alice », une résidence intergénérationnelle qui comporte 123 logements sociaux attribués aussi bien aux jeunes couples qu’aux personnes âgées et aux personnes porteuses de handicap. Une inauguration qui s’est déroulée, dans la rue Victor Patché (chemin du Centre), en présence de Frédéric Pillore, directeur général de la Semac qui a porté ce projet ainsi qu’en présence des nombreuses familles venues récupérer les clés de leur nouvel appartement. Présents également, les conseillers départementaux Jean-Marie Virapoullé et Viviane Ben Hamida.

« Alice » est un village intergénérationnel où se côtoient ville, vie et âge dans un esprit « vit l’âge ». Le « Village d’Alice », ce sont des « kaz en ler » (un collectif de 35 logements pour des personnes seules, des couples oudes familles », des « kaz zimel » (un ensemble de 23 maisons individuelles pour des familles », des « kaz trankil » (une résidence de 64 logements pour personnes âgées et/ou en situation de handicap ». Ce sont aussi un local commune appelé « Métis’age » dédié aux activités, à la rencontre de partenaires et à divers projets; Un espace aménagé et protégé avec jeux, espaces libres et plantations d’agrément et un espace extérieur propice à des activités avec le quartier, comme des jardins partagés.

« Le concept du Village d’Alice dépasse le simple cadre du logement en proposant une approche globale axée sur trois enjeux majeurs, à savoir améliorer la qualité de vie des personnes âgées et/ou en situation de handicap en offrant un parcours résidentiel adapté, en luttant contre l’isolement social et en répondant aux besoins croissants en termes de dépendance; le deuxième enjeu est de dynamiser les interactions sociales entre les résidents de tous âges et profils, favorisant ainsi le partage d’expériences et le renforcement du lien social. Enfin le troisième enjeu est de renforcer le modèle de gestion immobilière en privilégiant une présence de proximité et des services accessibles pour tous les résidents ». Ecoutez Frédéric Pillore, le directeur général de la Semac; Il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

Les familles sont venues nombreuses à cette inauguration qui s’est déroulée en musique. Joé Bédier, le maire de Saint-André, accompagné de plusieurs de ses élus, s’est dit « très heureux de pouvoir participer à l’inauguration du Village d’Alice qui est une innovation majeure en matière de logement intergénérationnel sur notre île.  Il est important pour l’équipe municipale et pour moi de suivre avec rigueur et bon sens l’aménagement global du territoire. Nous sommes actuellement en pleine révision du Plan Local d’Urbanisme et nous constatons à quel point l’aménagement de la ville est crucial pour le bon développement global du territoire et à quel point cet aménagement conditionne in fine l’épanouissement de la population et son développement personnel et collectif ».

Et le maire de poursuivre : « ce village intergénérationnel illustre parfaitement la politique de logement que nous souhaitons mettre œuvre pour la commune. Les indicateurs proposés par l’Insee montrent clairement que la transition démographique est en cours et qu’il est nécessaire de prévoir et d’engager une politique résidentielle adaptée à nos concitoyens. Le maintien à domicile est une orientation qui correspond aux coutumes et mœurs locales et c’est pourquoi la création de résidences personnes âgées (RPA) à destination de nos seniors est essentielle. Il ne s’agit pas pour autant de faire la promotion de la création des résidences de manière incontrôlée et obsolète sur la commune. Il faut se baser sur un schéma directeur cohérent et qui intègre l’ensemble des paramètres liés au confort de vie des séniors ».

Joé Bédier tient « à ce que ces opérations résidentielles soient accompagnées de services complémentaires suffisants, il s’agit par exemple de commerces généralistes, de pharmacie et de services de soins positionnés à proximité directe. Ces éléments d’aménagement favorisent le confort et le lien social si important pour le développement de la cité. Je tiens donc à remercier la présence des acteurs tels que le CCAS, Korbey d’Or, la Scopad, Un autre regard ou Jour après jour ». Ecoutez Joé Bédier :

Pour Joé Bédier, « la ville de Saint-André est une commune mi urbaine, mi rurale et elle s’est engagée dans la voie de la modernité, du dynamisme et de l’attractivité. La ville que nous sommes en train de concevoir laisse la place à la végétalisation et aux déplacements doux. Ce n’est pas uniquement un lieu de consommation commerciale, c’est également un lieu de vie et de culture. La ville doit être accueillante et animée et pour cela nous devons la rendre plus « confortable » et agréable cela suppose donc de mettre en place du mobilier urbain et des aménagements qui facilitent l’interaction entre les personnes. Le Village intergénérationnel a été conçu en reprenant ce principe qui vise à redonner du sens et ainsi favoriser les rencontres, les échanges et le partage.

Le village intègre, il me semble ces normes modernes et vertueuses qui visent à prendre en compte le vieillissement en proposant des solutions pour accompagner les personnes âgées et lutter contre l’isolement. Il facilite l’accès à des prestations pour les résidents et reste attractif au niveau financier ». Le maire de Saint-André a profité de cette occasion pour rappeler que « nous avons posé les bases de plusieurs projets structurants avec la création d’un campus Universitaire et d’un lycée des métiers du tourisme sur le Colosse. Le renouvellement urbain nécessaire en cœur de ville et notamment via l’espace Martin Valliamé qui intègre un cinéma, un hôtel et des équipements de sport indoor. Tout cela est pensé dans une logique de développement équilibré du territoire pour la population Saint-Andréenne et les familles qui y vivent ». La parole a ensuite été donnée à l’architecte de ce village, Laurent Perrin, qui a rappelé que ce projet a débuté en 2004, dans sa conception du moins, avant de se concrétiser sur le terrain qui appartenait à la famille Pascal. Une réalisation qui aura coûté 19 millions d’euros.

Joé Bédier et quelques uns/unes de ses élus.es. (Crédit photos : Yves Mont-Rouge)
Joé Bédier, le maire de Saint-André, et Frédéric Pillore, le directeur général de la SEMAC.
Le maire et le directeur de la Semac discutant avec la famille Pascal, les anciens propriétaires du terrain.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

7 Commentaires

  1. Laurent ou c’est un vrai lune de mars y voit ou nana la haine pour les virapoulle, si zot l’est présent et représente le conseil départemental qui aide les personnes âgées et porteur d’handicap c’est pour eux que ces logements sont dédiés alors ravale out mauvais coeur

  2. mi espère ke n’aura gardien d’immeubles et que cela ne va pas se dégrader très vite car parfois se sont les enfants des locataires qui salissent les partie communes le bailleur social g pense pour voir faire respecter vos logements

  3. Ce sera un fayard bis rempli de mahorais et de comoriens avec la racaille qui va avec! Donne d’abord ces logements aux vraies familles reunionnaises qui attendent depuis des lustres un logement et non à ces gens qui arrivent ici pour faire des marmailles en grappe et toucher routes les alocs en particulier les alocs qui prennent en charge +de 80 % x u montant du loyer

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

CORAH 974 : mobilisation contre les discriminations en présence de la ministre Aurore Bergé (Vidéos-Photos)

Article suivant

Jean-Hugues Ratenon et les conditions de vie à Mayotte : « la Réunion ne pourra pas tout encaisser ! » (Vidéo)

Free Dom