Le Quotidien de la Réunion : Jour J+2, rétrospective de l’année 1994

2 min de lecture

 

-30 mars 1994 : les affaires de Saint-Denis : le maire de Saint-Denis Gilbert Annette est accusé d’avoir favoriser le groupe Nicollin pour l’attribution du marché du ramassage des ordures et la Générale des eaux pour le marché de l’eau à Saint Denis…
Des histoires rocambolesques avec un porteur de valises et des sociétés écrans à Djibouti !
Depuis la mise à la retraite anticipée du procureur Schiano , son successeur le procureur Bernard Legras a décidé de lancer une opération “mains propres” (Mani Pulite), et de nombreux élus et chefs d’entreprise ont été emprisonnés…
De nombreux élus et adjoints au maire de Saint Denis ont été condamnés à de la prison ferme.
Gilbert Annette, lui, a été condamné à trois ans de prison dont un an ferme…
Des élus de la chambre de commerce ont été également corrompus par Jacques de Châteauvieux (encore lui) en payant des pots-de vin pour la création et l’agrandissement de ses grandes surfaces, les établissements Score… Jacques de Châteauvieux donnait rendez-vous aux élus de la chambre de Commerce dans une petite rue sombre derrière le bar « le Rallye» au Barachois pour remettre des enveloppes remplies d’argent liquide !
C’est grâce au Quotidien que ces affaires ont été mises au grand jour, le Quotidien qui d’ailleurs a été perquisitionné suite justement à ces révélations des affaires de Saint-Denis..
 
-23 Juin 1994 : 15 000 personnes au concert de James Brown, du jamais vu ! Un concert entièrement organisé par Jérôme Galabert, le futur patron du Sakifo !
 
13 Novembre 1994 : folie meurtrière à la Grande montée à Sainte-Marie : un homme tue huit personnes avant de se donner la mort… Parmi les victimes figurent Pascal Biosca, journaliste sportif du Quotidien, il est tué à bout portant avec sa femme et ses deux enfants… « INIMAGINABLE » titre le Quotidien de ce Lundi 13 novembre 1994.
 
-31 Mars 1994 : Coup de tonnerre à la mairie de Saint-Denis : encore des affaires de corruption et de pots-de-vin !
Gilbert Annette démissionne, et dans l’ordre du tableau c’est la première adjointe Gabriele Fontaine qui doit assurer l’intérim… Malheureusement Gabrielle Fontaine avait déjà démissionné quelques jours auparavant… Et comme le deuxième adjoint (Michel Chane Liat) était en prison, c’est le troisième adjoint qui doit assurer l’intérim c’est-à-dire Camille Sudre…
Camille Sudre a donc été maire de Saint-Denis pendant 15 jours du 4 au 12 mars 1994…
Camille Sudre aurait pu rester Maire de Saint-Denis jusqu’à la fin du mandat en 1995, mais il a préféré provoquer une election au sein du conseil municipal, et c’est Michel Tamaya qui a été élu…
Camille Sudre avait déclaré à l’époque : « Je ne suis pas fait pour faire de la politique, j’ai été élu président de la Région je suis resté un an, j’ai été élu conseiller départemental je suis resté six mois et là je suis Maire de Saint-Denis et je ne resterai que 15 jours ! »