//

Pacte linguistique : Cyrille Melchior salue une « grande œuvre culturelle, éducative, patrimoniale et sociétale » 

2 min de lecture
1

A l’occasion de la visite dans l’île de la Ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, un Conseil local des territoires pour la culture (CLTC) était organisé, le mercredi 29 novembre, dans l’Hémicycle du Conseil départemental. Une réunion précédée par un entretien entre la ministre et le Président Cyrille Melchior, au cours duquel ont notamment été évoqués les priorités du Département en matière culturelle (la promotion de l’identité créole, l’égalité des chances d’accès à la culture et l’accompagnement des acteurs culturels du territoire…) et les grands projets comme le musée de l’Habitation et de l’Esclavage ou l’obtention du label Scène nationale pour les Théâtres départementaux. Un entretien chaleureux et constructif.

Le CLTC, instance d’échanges et de débats sur les orientations et les enjeux des politiques culturelles dans chaque région, s’est réunie pour la signature du Pacte linguistique de La Réunion, établi entre l’Etat, la Région, le Département et l’Association des maires du Département de la Réunion (AMDR). Acte politique majeur pour le territoire et la culture réunionnaise, ce pacte constitue une reconnaissance de la langue maternelle des Réunionnais et fédère les acteurs institutionnels et privés autour de la valorisation du plurilinguisme.

« Tous les peuples du monde entretiennent avec leurs langues, et en particulier avec la langue maternelle, une relation intime, sensible, affective, expliquait Cyrille Melchior avant de procéder à la signature du document. Tous les peuples sont dépositaires d’un zarlor, c’est-à-dire d’un trésor unique et irremplaçable, qui est à la fois un élément central de leur patrimoine culturel et un bien commun de l’Humanité. C’est pour cela, qu’au-delà de considérations d’ordre historique, politique ou académique, toutes les langues du monde méritent d’être sauvegardées, d’être considérées avec respect et d’être reconnues dans leur dignité. »

Reléguant au passé le dogme centralisateur qui ignorait les réalités régionales, le Président du Conseil départemental appelle de ses vœux la construction d’une politique linguistique qui postule sans ambiguïté l’égale respectabilité des langues et de leurs locuteurs. « Je souhaite donc que nous sachions nous rassembler, comme nous le faisons aujourd’hui pour signer le Pacte linguistique, pour continuer à avancer » continuait-il. Cyrille Melchior formulait ainsi le souhait de voir toutes les langues de La Réunion s’épanouir : « Français, Créole, Hindi, Tamoul, Anglais, Chinois, Gujerati, Shimaoré, toutes ! » martelait-il.

« Nous accueillons la signature de ce Pacte linguistique avec la joie de l’esprit et celle du cœur. Le Conseil départemental prend et continuera à prendre toute sa part dans cette grande œuvre culturelle, éducative, patrimoniale et sociétale. » concluait le Président du Conseil départemental.

« C’est une signature très attendue. Elle va permettre beaucoup de projets, grâce à la mobilisation de tous » a, de son côté, commenté la Ministre Rima Abdul-Malak. Un de ces projets consiste en la création d’un Institut public du créole réunionnais. La ministre rappelait également que la France compte 75 langues vivantes.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
1 Commentaire
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Démantèlemnet d’une secte en France : 41 personnes arrêtées

Article suivant

Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, relaxé par la Cour de justice de la République

Free Dom