Suicide de la jeune Réunionnaise Dinah : « son frère a perdu une partie de lui-même »

3 min de lecture
13

Dinah, 14 ans, s’est suicidée au domicile familial à Kingersheim, à côté de Mulhouse (Haut-Rhin). L’adolescente, scolarisée en classe de seconde, a été retrouvée pendue au domicile familial dans la nuit du 4 au 5 octobre. La jeune Réunionnaise était victime d’un harcèlement par des jeunes filles côtoyées au collège et auxquelles elle avait confié son homosexualité.

Dans un entretien accordé à notre journaliste Cindy Clain, Jessica, la tatie de Dinah, explique que la nouvelle a été un choc, surtout pour son frère qui n’est pas revenu à La Réunion depuis 12 ans. « Il ne sait plus quoi faire, il veut la justice pour que les enfants ne subissent pas le même sort, nous confie-t-elle, avant de préciser : avec son frère, ils étaient tellement fusionnel. Dinah et lui, étaient deux inseparables, ils se confiaient l’un à l’autre. Il a perdu une partie de lui même ! »

Depuis le drame, la famille se montre très unie. « Au niveau de la famille, on est en contact tous les jours, même si on est loin… Aujourd’hui, tout est dans les mains de la justice », déclare Jessica.

Une enquête ouverte pour harcèlement

Ce lundi 25 octobre, le parquet de Mulhouse annonce l’ouverture d’une enquête pour harcèlement après le suicide de Dinah. Cette enquête a été confiée au commissariat de police de Wittenheim, aux côtés de l’Office central de lutte contre la haine en ligne. L’exploitation du téléphone portable de l’adolescente est toujours en cours.

Dimanche 24 octobre, plus d’un millier de personnes se sont retrouvées à Mulhouse pour une marche blanche en hommage à l’adolescente. 

« Ma fille a été harcelée pendant deux ans et pendant ce temps on a fait des pieds et des mains pour que ça s’arrête mais elles l’ont poursuivie jusqu’à la maison et sur les réseaux sociaux », a déclaré sa mère.

Sa mère a aussi reproché au corps enseignant d’avoir « fermé les yeux » sur le harcèlement vécu par sa fille. Dinah avait reçu des messages comme « t’inquiète la prochaine fois, c’est la bonne», ou « on va t’envoyer des liens sur Internet pour que tu puisses crever », après une première tentative de suicide en mars.

13 Commentaires

  1. Déjà un conseil : ARRETEZ de vous exhiber sur les réseaux sociaux  » plus d’intimité , on dévoile tout pour appâter la galerie !! Vous créez une arme pour vous tuez !! Mal utilisé et voila le drame résulté .

  2. Quelle utilité que d’aller afficher ses attirances sexuelles, voilà le résultat.
    Quand on prend une telle décision, bien réfléchir avant aux conséquences, dramatiques dans cet exemple.

    • Elle ne l a pas affiché , elle s’est confiées à ce qu’elle pensait être des amies.
      Et cela justifie le harcèlement.
      Vos propos sont inhumains , cela me donne t’il le droit de vous harceler?

  3. Si cette jeune fille a été harcelée PENDANT 2 ANS, pourquoi ni le PÈRE ni la MÈRE ne se sont rendus
    DIRECTEMENT au Lycée ou au Collège pour essayer de stopper les faits ? Les « harceleuses » étaient
    connues, non ?

    • À quel endroit avez vous lu que les parents n’ont pas essayé d’interférer auprès du collège ? Vous affirmez sans preuve… C’est de la diffamation.

    • Quand ou connait pas rien ni les faits lé pas la peine de mettre la faute sur les parents ils ont tous fait mais c’est l’école qui on préféré de fermer les yeux et aujourd’hui c’est la famille qui souffre

  4. Je suis choquée par certains commentaires…quand les gens affichent leur hétérosexualité cela apparaît comme tout à fait naturel…Par compte d’avouer ici son homo sexualité c’est se mettre en danger…cela montre bien le degré de tolérance. Encore du chemin à faire et courage à tous ceux qui se trouvent persécutés par tous ces comportements haineux…
    Mes condoléances à la famille.

  5. Lé triste que na bcq jeune y « fini » comme elle alors que y suffit d’en parler à son entourage et qui par la suite y peut oriente à zot vers un service concerné. Peut être qu’ elle la fait mais psychologiquement elle té trop pris. L’ école y fait pu rien. Enlève ça dan zot tête. Faut discute jusqu’à grand ek zot marmaille. Veille son attitude qd li rigole lé en réflexion na façon fait « cause » à zot sans s’immiscer dan zot vie perso. Faut veille out z’enfant parce que c’est pas les autres que va fait pou ou. Après lé trop tard et le vide lé incommensurable. Courage !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

La Saline : le boeuf Moka volé retrouvé

Article suivant

Non vaccinés, un pompier du SDIS et un employé du CHU au tribunal administratif

Free Dom