La gérante du Factory de St Pierre condamnée pour « travail au noir »

2 min de lecture
11

La patronne du restaurant bar Le Factory, sur le front de mer de Saint Pierre, était hier, à la barre du tribunal. Elle a embauché un barman, fraîchement débarqué de métropole en 2016. L’homme très motivé, commence dès le lendemain sans ménager sa peine, sauf qu’il ne se verra pas délivrer de contrat de travail. Recevant son salaire, confortable reconnaît il devant le juge hier, il travaille tous les jours, content et heureux jusqu’au jour où survient un accident :  il s’est coupé la main sur son lieu de travail.

C’est là que les problèmes commencent.

Il se rend compte qu’il n’a jamais été déclaré, qu’il n’a aucune complémentaire santé. Il en parle à son patronne,  le ton monte.

Hier au tribunal, ce fut un « dialogue de sourds » selon le juge. Car pour la  patronne, cet homme là, qui l’accuse,  » n’a jamais travaillé pour elle ». Le juge n’a écouté aucun de ses arguments, estimant que la mauvaise foi régnait en maître, et a tranché   : le tribunal a condamné la patronne à 3 000 euros d’amende et sa société à une amende de 10 000 euros avec sursis + versement de 500 euros à l’ancien employé pour préjudice moral, et à la prise en charge de tous ses frais d’avocat, soit 1000 euros.

11 Commentaires

  1. Ce sont surtout les 10 000 € avec sursis qui seront difficiles à sortir
    Mais, pas de charges sociales et autres contributions ?

  2. Je pense que dans ces commerces ce cas est loin d’être un cas isolé, ce serait plutôt la règle. Oui, peine légère, sans remboursement des cotisations patronales. C’est presque un encouragement à agir ainsi, ça coûte moins cher. L’employé, lui, n’est pas exempt de tout reproche. Recevait-il des bulletins de salaire? Pourquoi ne réclamait-il pas son contrat? Je reste persuadé qu’il savait qu’il n’était pas déclaré.

    • Facile de critiquer le barman qui le fait d’être payé ne se doutait pas qu’il n’était pas décalré
      Moi je reclame sans cesse mon bulletin de salaire et souvent je l’ai avec 3 à 4 mois de retard à force de réclamer.
      Les patrons ont toujours de bonnes excuses pour ne pas donner les documents … le comptable, …. le banquier …..

  3. juge le jour , mais pas juge de nuit. le travail au black , les règles d hygiène , c pas le matin qu il faut faire le contrôle , la nuit aussi , et c’est rare car ce sont des plaintes ciblées. la balance est inégale envers les pros du jour comme une justice non pas a la tête du client mais a l envie des magistrats .

  4. Sauf que il y a des gens crédule et d’autre profiteur . Il y a qui donne des fausse fiche de paye et après un accident durant le travail le pauvre salarié de rend compte que son soi disant contrat est quaduc

  5. Depuis que le fils est mort, la vielle gramoune a repris les reines…..elle se débat avec son hôtel qui tombe en ruine et le factory……dommage, une belle affaire le factory….moi, j achete…..

  6. L’esclavage moderne et encore plus prononcé sur l’île vu l’histoire !!!!! Allez cabard et Maloya en prime et le carrousel tourne

  7. ces genres de manége « travail au noir , travail dissimulé  » ne cesseront pas du jour au lendemain , vu le traitement qu’il encoure au tribunal !! quelque part..bravo
    Mr Pol Hochon vous avez tout dit !! ou il serait trop long ici d’élaborer ! Mais n’empéche trouver son compte par ts les moyens possibles « quitte à se faire prendre »c’est pas évident aussi , la vie devient de plus en plus difficile !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le gérant du Shamrock’s de St Pierre condamné pour travail dissimulé

Article suivant

Accident spectaculaire cette nuit sur la route des Tamarins

Free Dom