/

Accord à la SPL Estival : « Zéro licenciement » mais salaires sacrifiés

14 min de lecture
29

Après plus de quatre heures de négociations jeudi 14 décembre, la SPL Estival a signé un protocole d’accord préservant tous les emplois, répondant à la revendication de « zéro licenciement ». Néanmoins, une cinquantaine de salariés subiront des baisses de salaires de 50 à plus de 400 euros pour pallier les difficultés financières. Malgré cet accord, une enquête judiciaire est attendue pour élucider les causes du déficit de 3 millions d’euros.

SPL Estival : « emplois sauvés mais primes sacrifiées »

Jeudi 30 novembre, les membres de l’intersyndicale ont été reçus par un conseiller du ministre des Outre-mer. Un conseiller chargé de l’emploi. La réunion s’est déroulée en présence également de la Direction du Travail (DEETS) et du sous-préfet de Saint-Benoit. Les représentants de l’intersyndicale reconnaissent unanimement que « depuis que l’Etat via le sous-préfet de Saint-Benoit Michael Mathaux a pris ce dossier en main, les choses avancent considérablement ». Une nouvelle réunion est prévue ce vendredi décembre pour signer la fin de ce conflit qui avait début il y a environ un mois.

L’on se dirige donc, comme l’a toujours réclamé l’intersyndicale, vers « le zéro licenciement ». Les syndicalistes ainsi que les salariés avaient toujours dit : « on n’a pas volé, on n’a pas merdé, on n’a pas dilapidé ». Autrement dit, les salariés n’avaient pas à payer « la mauvaise gestion et les malversations financières commises par les administrateurs et notamment par l’ancien Pdg de la SPL Estival ». Dans le PSE qui avait été présenté dès le début par le CA, il était prévu une trentaine de licenciements.

Les membres de l’intersyndicale ont été reçus jeudi dernier par un conseiller du ministre des Outre-Mer en présence du sous-préfet de Saint-Benoit et de la DEETS

Grâce à la mobilisation de l’intersyndicale et à la réaction de l’Etat, « il n’y aura plus de suppression d’emplois », se félicitent les représentants syndicaux. Lesquels regrettent toutefois que « les salaires diminuer car des primes, dont certaines obtenues depuis 2015, vont devoir être sacrifiées ». Mais les syndicalistes gardent espoir en disant : « nous agissons étape par étape. Nous avons réussi à sauver les emplois. Place sera faite très vite, par la suite, au volet judiciaire. C’est ce que nous avons demandé à l’Etat. Face à l’Etat, les syndicalistes ont pointé plus d’une fois les dérives financières de la SPL en demandant au sous-préfet et à la DEETS « d’agir au plus vite ». Les syndicalistes ont parallèlement demandé à la Région de financer des expertises sur les comptes de la SPL Estival.

« On ne peut pas fermer les yeux sur toutes les dérives financières qu’il y a eu au sein de cette SPL. Il s’agit de l’argent public ». L’intersyndicale tient à remercier le sous-préfet de Saint-Benoit ainsi que la DEETS pour leur implication dans ce dossier. Elle n’oublie pas non plus Johan Doro, élu à la Plaine-des-Palmistes « qui a bien compris le sens de notre combat ». A suivre, maintenant, la réunion de vendredi !

« Un déficit de 3 millions d’euros »

Une réunion s’est déroulée ce lundi 27 novembre, comme prévu depuis le 15 novembre dernier, dans les locaux de la Cirest entre les différentes parties concernées par la situation de la SPL Estival. A l’ordre de cette rencontre qui a débuté à 13 heures : réunion du CSE (Comité social et économique, composition du nouveau bureau suite aux élections professionnelles du 10 novembre dernier et passation de pouvoir. A partir de 14 heures, il sera question du PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) qui, selon l’intersyndicale, prévoit « 30 licenciements ».

Rappelons que l’intersyndicale est contre ce PSE et qu’elle a toujours insisté sur sa principale revendication de « zéro licenciement ». A la veille de cette réunion importante, Eric Talassia, porte-parole de l’intersyndicale (UR 974, FO, CGTR, CFTC et CFDT) a adressé un courrier au préfet de la Réunion,, Jérôme Filippini dont voici, ci-dessous, le contenu : « Je suis Eric TALASSIA Représentant de l’Organisation Syndicale UR 974 et porte-parole de l’Intersyndicale UR 974,FO,CGTR,CFDT,CFTC de la SPL ESTIVAL. Je tenais à vous remercier pour votre intervention suite à mon alerte du 15 novembre 2023.  Le 16 novembre 2023 à 05h30 votre représentant était sur notre piquet de grève à Bras Panon et a fait le nécessaire pour une rencontre avec Monsieur le Sous-Préfet de Saint Benoit le même jour à 17h00. Notre Intersyndicale a été « touché » par l’accueil chaleureux et l’écoute attentive de Monsieur le Sous-Préfet de Saint Benoit qui à la demande de l’Intersyndicale a organisé le 17 novembre  2023 à 10h30 la première réunion de médiation à la Direction du Travail de Saint Denis. Cette médiation a permis de faire reculer ce fameux PSE unilatéral que la Direction Générale de la SPL ESTIVAL ainsi que les élus voulaient faire passer en force . Malgré la tenue des réunions de médiation , notre rencontre avec les élus de la Région et la contribution financière exceptionnelle de  1,1 millions d’euros accordés par la CIREST à la SPL ESTIVAL , nous sommes inquiets pour l’avenir des salariés de la SPL ESTIVAL et principalement pour la sauvegarde de tous les emplois. Le déficit de la SPL ESTIVAL est à ce jour de 3 millions d’euros. Il manque ces 2 millions qui permettraient de sauver tous les emplois. Les salariés de la SPL ESTIVAL ne sont pas responsables de cette situation catastrophique , des dérives financières des élus , de ce chaos social. En conséquence , l’Intersyndicale de la SPL ESTIVAL que je représente sollicite votre intervention afin que l’Etat puisse nous aider à sauver tous les emplois de la SPL ESTIVAL en nous attribuant une aide financière permettant d’éviter les licenciements et la liquidation de la SPL ESTIVAL. Monsieur Philippe VIGIER Ministre Délégué aux Outre-Mer accompagné de 2 Ministres membres du Gouvernement seront en visite à la Réunion les 30 novembre et 1er décembre 2023 dans le cadre des Outre-Mer French Tech Days qui se dérouleront au Domaine du Moca à Saint Denis. Nous sollicitons encore une fois votre intervention afin que notre Intersyndicale de la SPL ESTIVAL puisse rencontrer Monsieur le Ministre Délégué aux Outre-Mer afin de l’informer de la plus grande casse sociale qui se prépare en 2023 à l’Ile de la Réunion. En effet la première vague du PSE prévoit la suppression de postes et le licenciement de 30 salariés. Cette première vague du PSE prévoit également la baisse des salaires et avantages sociaux de 66 salariés. Les salariés de la SPL ESTIVAL ne peuvent pas être sacrifiés et licenciés en raison de l’irresponsabilité d’élus qui ont dilapidé les deniers publics. Nous espérons rapidement que les enquêtes et instructions en cours confirmeront nos dires. Nous espérons que notre demande de rencontre avec Monsieur le Ministre délégué aux Outre-Mer recevra votre accord et une suite favorable. L’Intersyndicale vous remercie d’avance de l’attention portée à notre demande ». La réunion qui s’est déroulée à Saint-Denis ce mercredi après-midi (22 novembre) sous l’égide de la Direction du Travail (DEETS) semble avoir porté ses fruits. Les différentes parties prenantes sont parvenues à un accord : celui de la levée du piquet de grève entamé depuis le 13 novembre dernier. Le réseau de bus Estival devrait fonctionner normalement à compter de ce jeudi 23 novembre. La direction de la SPL Estival s’est félicitée de l’issue de cette réunion. Voici son communiqué :

« L’investissement et l’engagement de Patrice Selly, président par intérim, des membres du conseil d’administration et de la directrice générale de la SPL Estival ainsi que de l’ensemble des acteurs impliqués, ont permis d’aboutir à une avancée importante. Grâce au dialogue social très constructif qui s’est engagé, un accord a été signé ce jour. Ces négociations productives entraînent la suspension du mouvement de grève en cours
Nous pouvons donc annoncer pour demain un retour à la normale du service de transport urbain sur l’ensemble du territoire Est. Les discussions se poursuivront en vue de parvenir à la pérennité de l’emploi et de la SPL ESTIVAL ». 
Comme prévu depuis le 15 novembre dernier, une réunion aura bien lieu le 27 novembre prochain avec à l’ordre du jour le PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi).
Les représentants de l’intersyndicale (FO, UR 974, la CGTR et la CFTC) ont expliqué avoir accepté de suspendre la grève jusqu’au 2 décembre prochain car ils ne désespèrent pas, après discussion et négociation du PSE, d’arriver à « zéro licenciement ». Ils restent en effet intransigeants sur cette revendication qui a été à l’origine du mouvement de grève au sein de la SPL Estival.

Le fil chronologique depuis le début de la grève

Pour ce mercredi 22 novembre, voici les précisions de la direction de la SPL Estival concernant la circulation des bus :

« En raison d’un préavis de grève illimité déposé à la SPL ESTIVAL, pour ce mercredi 22 novembre, des perturbations sont à prévoir sur les lignes 1, 44 et 49
Ligne 1 : 3 véhicules en circulation 
Ligne 49 : 1 véhicule en circulation le matin au lieu de 2 habituellement
Ligne 44 : aucun véhicule en circulation. Les lignes 13, 15A, 15B, 17 et 43 circuleront normalement. »

La grève continue. Une réunion a lieu cet après-midi à la Direction du Travail (DEETS), rue Maréchal Leclerc à Saint-Denis. Mardi soir, la direction s’est, via un communiqué, félicitée « du retour à un dialogue social constructif » :

« Le Président par intérim, le conseil d’administration et la direction générale de la SPL ESTIVAL saluent le retour à un dialogue social constructif.
Les discussions entamées depuis vendredi dernier ont permis des avancées, dans l’objectif commun de trouver des solutions qui préserveront la pérennité de l’emploi et de la SPL ESTIVAL.
Nous tenons également à saluer la reprise partielle, sur les lignes exploitées par la SPL, du service de transport urbain et qui permet aux usagers de se déplacer à nouveau.
Nous nous mobilisons pleinement pour construire ensemble une feuille de route opérante et sereine pour les salariés de la SPL ESTIVAL. »

Le député Jean-Hugues Ratenon écrit aux maires de la Cirest : « Patrice Boulevart désapprouve maintenant le PSE de son président Selly »

Mardi 21 novembre, le député Ratenon s’est adressé aux maires des communes de l’Est :
« Malgré les avancées que nous constatons, je reste très préoccupé pour les emplois à Estival et par   le Service public du transport dans l’Est.Tout d’abord, je tiens à réaffirmer mon soutien à l’intersyndicale d’Estival et à saluer sa détermination, qui, je l’espère, permettra d’éviter le Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE), que je traduis moi par Plan de Suppression d’emploi, que vous avez, à l’exception du maire de Saint-André, approuvé lors de la réunion de mardi dernier à la CIREST. En cette période de fin d’année, à l’approche des fêtes de Noël, il est regrettable de constater que la mauvaise gestion et les abus des uns ont conduit à la crise financière, sociale et humaine que nous vivons dans ma circonscription. Je le répète, il faut que ceux qui sont responsables de cette situation reconnaissent leurs manquements et mettent tout en œuvre pour y remédier. Lorsque la Région et la municipalité de Saint-André refusent d’approuver la transformation de la SEM Estival en SPL, conscients du danger potentiel de cette évolution et face aux alertes des syndicats, la gouvernance d’Estival aurait dû entendre. Lundi dernier, le 20 novembre, j’ai participé à la rencontre entre l’intersyndicale et la Région Réunion. Ainsi la collectivité souhaite que des solutions soient trouvées pour sortir de cette situation de crise et éviter tout licenciement. La Région Réunion était représentée par le Vice-Président délégué au déplacement et comme mentionné par les syndicats, le double rôle de Patrice BOULEVART en tant que Vice-Président de la CIREST a soulevé des interrogations légitimes. À mon sens, une clarification a été apportée, car le Vice-Président de la CIREST et de la Région, Patrice Boulevart désapprouve maintenant le PSE de son président Selly. Il approuve désormais le mot d’ordre de l’intersyndicale réclamant zéro licenciement. Et je pense qu’il ne manquera pas de le faire savoir au président d’Estival. Mais cette satisfaction est cependant mince, car des familles sont toujours dans l’attente et il est urgent d’agir. C’est pourquoi, je vous invite à suivre les syndicats et à prendre en compte leurs orientations et à convaincre le double président de la CIREST et d’Estival de tout mettre en œuvre pour sauver le service public de transports et appliquer le zéro licenciement. J’invite donc l’ensemble des maires et autres membres du CA d’Estival à prendre en compte leurs orientations. Sachez que l’intersyndicale est droit edans ses bottes, responsable et développe un argumentaire solide et je dirais même incontestable. Autre aspect, la convention de concession de service public in-house entre la Cirest et la SPL Estival que le président a signé en votre nom, démontre que la dévalorisation du coût kilométrique ne pouvait qu’entrainer un déséquilibre financier dramatique. Madame, Messieurs les maires, je m’adresse à vous en ma qualité de député et citoyen de l’Est. Je sais que vous êtes impliqués dans vos territoires respectifs, mais notre territoire à tous, c’est l’EST aussi. Attendre sans agir ne fera qu’amplifier la défiance du peuple. Sortir d’une réunion sous escorte des forces de l’ordre est un très mauvais signal. Des mères et des pères de famille sont en grève et demandent ni plus ni moins que justice sociale. Je souhaite donc que vous preniez en compte cet aspect humain car comme moi vous êtes aussi redevable avant tout et surtout au peuple ».

La SPL Estival reçue à la Région lundi soir

Juste après une réunion à la Direction du Travail, une délégation de l’intersyndicale de la SPL Estival a été reçue à sa demande à la Région, ce lundi 20 novembre, par Patrice Boulevart, vice-Président délégué aux mobilités durables et en présence du député et conseiller régional Jean-Hugues Ratenon. Les représentants des salariés ont exposé l’état dans lequel se trouve aujourd’hui la SPL Estival et les différentes étapes qui ont conduit à cette situation. Ils ont rappelé qu’ils sont fermement opposés à l’application du Plan de Sauvegarde de l’Entreprise tel que présenté actuellement et qui préconiserait une « trentaine » de licenciements. La Région a tenu à souligner qu’elle n’a aucune responsabilité dans cette situation. Elle considère qu’il appartient à ceux qui l’ont engendrée d’assumer leurs responsabilités.

La Région Réunion est favorable à une expertise économique, financière et sociale

La Collectivité régionale a rappelé qu’elle était antérieurement actionnaire de la SEM Estival à hauteur de 5 % et qu’elle a refusé de délibérer lors de la transformation de la SEM en SPL. Elle a indiqué que depuis juillet 2021, la nouvelle mandature régionale s’est en effet clairement prononcée contre la rémunération de Président ou de PDG dans les organismes extérieurs. Bien que ne disposant pas de pouvoirs de décision dans la SPL Estival, la Région est préoccupée par la préservation des emplois et par la continuité du service public des transports sur le territoire de l’intercommunalité. Dans cet esprit, elle souhaite que des solutions soient trouvées pour sortir de cette situation de crise et éviter tout licenciement. La Région Réunion est favorable à une expertise économique, financière et sociale afin que les acteurs concernés puissent disposer de tous les éléments nécessaires pour assurer la pérennité de l’entreprise et la préservation des emplois.

Des bus en circulation ce mardi 21 novembre

Contrairement aux jours précédents, des bus devraient circuler aujourd’hui, mardi 21 novembre. Les grévistes devraient en effet laisser sortir une dizaine de bus du dépôt de Paniandy à Bras-Panon où ils étaient réunis depuis ce matin 4 heures. Par ailleurs, les grévistes ont fait circuler depuis ce week-end un message depuis ce samedi 18 novembre sur les réseaux sociaux. « On a besoin de vous », disent-ils. (Voir message  ci-dessous). La grève se poursuit. Comme nous vous le signalions depuis jeudi soir, une réunion avait eu lieu à la sous-préfecture de Saint-Benoit entre les membres de l’intersyndicale, le sous-préfet Michaël Mathaux et la Direction du Travail (DEETS). Dans le conflit en cours depuis lundi dernier 13 novembre à la SPL Estival, l’Etat a proposé une médiation, via la Direction du Travail. Une première réunion s’est déroulée, hier, vendredi 17 novembre, dans les locaux de la DEETS à Saint-Denis entre les parties concernées. Alors que le dialogue semblait être rompu après la réunion des maires de la Cirest, mercredi dernier, suite notamment au maintien du PSE qui devrait être discuté le 27 novembre prochain (annonce faite mercredi soir par Patrice Selly), l’Etat a pu mettre autour de la table les représentants de l’intersyndicale et les administrateurs de la SPL Estival pour une reprise des négociations. Les discussions avancent. Le dialogue a été renoué mais, selon Sarah Lambert (FO) qui s’exprimait après la réunion de ce vendredi à Saint-Denis, « il y a encore quelques points de blocage, notamment le maintien des salariés menacés aujourd’hui de licenciement ». L’intersyndicale se veut intransigeant sur ce point : « zéro licenciement ». Les salariés estiment qu’ils n’ont pas à payer « les pots cassés de l’ancienne direction générale et des élus du conseil d’administration ». Le dialogue reprend donc, mais la grève continue et, en attendant, tous les bus du réseau Estival restent bloqués au dépôt de Paniandy à Bras-Panon. Pas de transport en commun Estival en circulation dans les six communes de l’Est ce week-end ! D’où le communiqué, ci-dessous, de la direction de la SPL Estival :

« En raison de l’annonce par l’intersyndicale : 
  • de la poursuite de la grève 
  • que les bus ne vont pas sortir du dépôt, 
aucun véhicule en circulation sur les lignes 1, 13, 17, 15A, 15B, 43, 44, 49 sur le réseau ESTIVAL pour ce samedi 17 et ce dimanche 18 novembre 2023″

Les grévistes ont besoin de vous

C’est un message, un appel à la générosité qu’a lancé depuis ce samedi 18 novembre l’intersyndicale : « Chers réunionnais, chers camarades, On a besoin de vous, si chacun d’entre vous met 1€ ou 2€ ou plus, cela nous permettra d’attribuer une compensation financière aux agents grévistes qui luttent aujourd’hui pour garder leur emploi ! Petit rappel, les politiques ont mis en place un « bagagiste » aux commandes de la SPL ESTIVAL sans exercer leur devoir de contrôle, ils lui ont renouvelé leur confiance à maintes reprises, tout le monde savait ! Ils ont embauché sans compter et la masse salariale a explosé ! Résultat des courses, une SPL en faillite et aujourd’hui, ils veulent licencier ! Ils veulent couper des têtes !!!!! Ces licenciements sont injustes, abusifs ! Les dérives étaient connues et tous les administrateurs ont cautionné l’incompétence de l’ex PDG !!!! ON A BESOIN DE VOUS ! Nou la pas volé, nou la pas merdé, pas nou la dilapidé, c’est pas à nou d’être sacrifiés ! Merci à vous pour zot participation Nou tiembo , nou largue pas ! » https://www.cotizup.com/grevistes-spl-estival Lire l’article ci-dessous pour suivre le fil de cette manifestation qui a débuté lundi dernier : https://freedom.fr/spl-estival-la-greve-va-se-durcir-en-attendant-le-cse-du-27-novembre-videos-et-photos/

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
29 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Préavis de grève illimitée à partir du 15 décembre : Mobilisation générale au GHER de St-Benoit

Article suivant

Journée de Boxe avec le Boxing Club du Tampon et UFSC le 20 Décembre 

Free Dom